Coronavirus : Bernard Laporte réfléchit à créer un fonds pour “compenser le manque à gagner” des clubs amateurs de rugby

Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte, ce 11 mars à Perpignan. / © France 3 Languedoc-Roussillon
Le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte, ce 11 mars à Perpignan. / © France 3 Languedoc-Roussillon

En marge d'un déplacement dans une école qui allie études et rugby à Perpignan, le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a annoncé mercredi 11 mars qu'il réfléchissait à créer un fonds pour aider les clubs amateurs, qui pourraient souffrir des conséquences du coronavirus.

Par Victor Lengronne

La Ligue nationale de rugby n'a pas encore tranché. A la suite de l'arrêté ministériel du 9 mars, qui interdit tout rassemblement de plus de 1 000 personnes jusqu'au 15 avril en raison de la propagation du coronavirus, les clubs de Top 14, de Pro D2 et des divisions inférieures seront fixés d'ici lundi 16 mars. Report de deux mois ? Rencontres à huis clos ? 

En marge d'un déplacement dans un club de rugby qui allie sport et études à Perpignan mercredi 11 mars, le président de la Fédération française de rugby Bernard Laporte a évoqué pour France 3 Languedoc-Roussillon, le report de la rencontre entre la France et l'Irlande (moins de 20 ans) qui devait se dérouler à Perpignan. Mais aussi les possibles difficultés des clubs, surtout amateurs, qui ne pourraient pas vendre autant de billets qu'ils le souhaiteraient en raison de l'arrêté ministériel. Voici ce qu'il a déclaré.
 

Sur les difficultés des clubs amateurs liées à leur billeterie en raison du coronavirus 

"On doit écouter les clubs, certains clubs amateurs vont être en difficulté. Quand on vous impose une limite de 1 000 spectateurs, en Fédérale 1, Fédérale 2 et dans d’autres catégories, dès qu‘il y a des derbys, cette limite est dépassée donc il y a un manque à gagner.

Il va falloir réfléchir comment compenser ce manque à gagner pour les clubs qui ont vraiment besoin de la billetterie. On n’est pas dans le monde professionnel, même si la billeterie compte aussi, mais les droits télé sont tellement importants…

Bien-sûr que c’est rageant pour tout le monde, mais il faut s’adapter et surtout il faut respecter les mesures prises par le gouvernement."
 

Sur le report du match des - 20 ans entre la France et l'Irlande à Perpignan 

"On a su dimanche soir que les matches allaient être reportés. C'est une sage décision, on doit s’adapter aux mesures prises par le gouvernement. La santé est primordiale. On aurait pu jouer à huis clos mais je n’en vois pas trop l’intérêt et les Irlandais ne souhaitaient pas non plus se déplacer. Donc le mieux pour tout le monde était de le reporter. Mais même pour les joueurs, ils ont envie de jouer devant 10-12 000 personnes comme c’était prévu plutôt qu’à huis clos."
 
 

Sur son soutien aux clubs amateurs et à la formation

"Notre rôle est de les accompagner, de les valoriser. Tout le travail qu’ils font méritent notre reconnaissance. Ils amènent le maximum de gamins au rugby, ils vont parfois les chercher dans des endroits difficiles et font un travail considérable.

On a engagé une grosse réforme, on a embauché 150 personnes, ce n’est pas rien. Le rôle de ces personnes, les cadres techniques de club, c’est de venir former les éducateurs dans les clubs. Pour qu’ils aillent initier les enfants dans les écoles.

Les joueurs de l’équipe de France viennent à 90 % de clubs amateurs, de Dordogne, du Gers, de Haute-Garonne, de l’Aveyron, des Pyrénées-Orientales.... Après, les meilleurs vont dans les plus grands clubs. Mais la première formation se fait là, les premiers gestes, les attitudes.

Un club, c’est donner et transmettre les valeurs du rugby aux gamins, pas nécessairement fabriquer des champions. L’important, c’est de transmettre un maximum de valeurs de notre sport : l'engagement, le dépassement de soi, la solidarité."


 

Sur le même sujet

Les + Lus