Coronavirus : hausse inquiétante des bénéficiaires aux Restos du Cœur en Occitanie

Le confinement a plongé les plus fragiles économiquement dans la grande précarité. Aux Restos du Cœur, l’afflux de nouvelles familles est considérable en Occitanie comme partout en France.
 
Le nombre de bénéficiaires en hausse pendant l'épidémie
Le nombre de bénéficiaires en hausse pendant l'épidémie © MaxPPP/ Remy Perrin
Selon l’association, il y aurait environ 20% de nouveaux bénéficiaires  par rapport à d’habitude dans toute la France, même proportion relevée par le président des Restos du Cœur du Gard
Privées de leurs sources de revenus, de nombreuses personnes basculent dans la  grande précarité.

« On voit de nouvelles populations qui arrivent, essentiellement des gens qui ont perdu leur emploi, des familles, des étudiants aussi », explique Bernard Boulery, le président  des Restos du Cœur 30.

« Dans les quartiers pauvres, les familles qui habituellement bénéficient de la cantine scolaire gratuite ou très peu chère se retrouvent à devoir nourrir les enfants le midi, ce qui augmente considérablement leurs dépenses, certains ne peuvent plus s’alimenter le midi ou plus de manière équilibrée.»

La queue pour les nouvelles inscriptions ne cesse de s’allonger

Bernard Boulery s’inquiète de voir les files d’attentes grossir chaque jour devant les centres des Restos dans les grandes villes du Gard.

 Il peut y avoir 200 personnes à faire la queue dans la rue, en temps normal c’est une quinzaine de personnes à la fois. 

"C’est catastrophique, surtout en milieu urbain, beaucoup viennent des grands ensembles de Nîmes, Alès, le Grau du Roi. On mesure bien l’incidence de cette période en termes de précarité. »


Avant d'ajouter: «Avec cet afflux de personnes, il faut aussi assurer la gestion des distanciations sociales».Une montée brutale de la précarité sur tout le territoire.

Dans les Pyrénées-Orientales, la présidente des Restos du Coeur 66, Odile Brégand alerte : « Tous les jours on sort distribuer des colis alimentaires dans la rue et il y a de plus en plus de bénéficiaires, une augmentation de 50 %   depuis le début de l’épidémie et dans les centres d’accueils c’est environ 20 % en plus.  On voit arriver des familles qu’on ne voit pas d’habitude, beaucoup d’artisans qui n’ont plus aucune rentrée d’argent, des petits commerçants qui viennent de s’installer et qui n’ont plus de quoi manger".  
 

Les étudiants aussi touchés

Avec la fermeture des restaurants universitaires proposant des repas complets au prix plafonné de 3,30 €, certains étudiants peinent à se nourrir correctement.

Laura étudiante à Béziers n’est pas boursière et n’a pas la chance d’être aidée par sa famille.
En quelques semaines, elle a basculé dans la précarité la plus totale et a dû franchir la porte des Restos du Cœur pour la première fois de sa vie.

 Avant je mangeais équilibré tous les jours au resto U, avec sa fermeture, la perte de mon job étudiant et toujours mon loyer à payer, je ne m’en sors pas. Je me suis résolue à venir chercher un colis d’aide alimentaire, je n’ai pas le choix c’est ça ou je ne mange pas. » 

Un étudiant sur deux travaille pour financer ses études en France et sur un sur cinq vit en dessous du seuil de pauvreté en France

Une situation sociale de détresse sociale et morale


A Perpignan Odile Brégand est témoin d’une grande détresse :

  L’autre jour un monsieur âgé isolé était tellement content de voir le centre ouvert, qu’ils s’est mis à pleurer en entrant. 


L’association a élargi ses critères d’inscription pour permettre au plus grand nombre de bénéficier de cette aide alimentaire.

Seul le président des Restos du Cœur de l’Hérault tempère :

"Dans le département, c’est trop tôt pour tirer des enseignements, c’est très fluctuant selon les centres. Ce qui est sûr c’est que c’est bien plus calme en campagne où ce sont des habitués qui viennent alors qu’en ville on a de nouveaux profils »  précise Fréderic Laroche président Restos du Coeur 34.

 

Des maires s’alarment aussi de la montée de la précarité et agissent

 A Frontignan 500 personnes bénéficient de l’épicerie solidaire du centre d’action sociale de la ville, une centaine de bénéficiaires de plus qu’avant l’épidémie.

Le maire de la ville de Frontignan Pierre Bouldoire  explique que « L’épicerie solidaire, habituellement c’est un 10 ème du prix commercial mais là c’est gratuit. Ce qui permet aux gens de faibles ressources d’en conserver un peu. Les gens sont dans des situations extrêmement dégradées, la crise intensifie les inégalités. Pour éviter la propagation du virus, les gens ne déambulent plus dans les rayons, nous préparons des paniers commission que nous distribuons aux familles »

Pour moi ce n’est que le début

Ce qui inquiète Odile Brégand dans les Pyrénées-Orientales, c’est que cette pauvreté s’inscrive dans la durée. "Je ne suis pas optimiste pour l’avenir. Pour moi ce n’est que le début". 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives archives