Coronavirus Hérault : la communauté arménienne fabrique des masques pour des policiers et du personnel hospitalier

Kristina, une membre de la communauté arménienne dans l'Hérault, a été une des premières à fabriquer des masques de protection artisanaux. / © Sébastien Banus/France 3 Occitanie
Kristina, une membre de la communauté arménienne dans l'Hérault, a été une des premières à fabriquer des masques de protection artisanaux. / © Sébastien Banus/France 3 Occitanie

La communauté arménienne de l'Hérault a décidé, depuis plusieurs jours, de fabriquer et distribuer gratuitement sa production de masques en tissu aux policiers, pompiers et personnels de santé du département pour lutter contre la propagation du coronavirus Covid-19.

Par Antoine Belhassen

La belle initiative du jour face à l'épidémie du Coronavirus Covid-19 nous vient de la communauté arménienne de l'Hérault. Une cinquantaine de familles originaires d'Arménie, et qui habitent désormais entre Montpellier et Nîmes, ont décidé de venir au secours des forces de l'ordre, du personnel hospitalier, des salariés des Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) en produisant des masques en tissu.

Face à la pénurie d'équipements de protection au niveau national, les dizaines de familles se sont lancées dans la production de masques en tissu. Une production artisanale, certes, mais des plus efficaces...

Depuis le début de la petite aventure, les cinquante familles auraient réalisé près de 13 000 masques selon elles. Des équipements qu'ils ont ensuite distribué aux différents corps de métier directement touchés par l'épidémie du coronavirus Covid-19 : la police nationale de l'Hérault, les policiers municipaux de Montpellier, des EHPAD du 11e et 12e arrondissement de Marseille, des pompiers, des centres hospitaliers.
 
 

Une "usine décentralisée"


La communauté arménienne pourrait prochainement exporter sa production à Nice ou encore à Paris. Une belle réussite alors que toute la production est assurée "à la maison".

Kristina, une membre de la communauté arménienne, a été une des premières à se lancer dans l'aventure avec sa propre machine à coudre. Elle a rapidement été rejointe par plusieurs autres familles. Désormais toute la chaîne de production est assurée à domicile, dans les appartements de chacun. 
 
Un appartement de la communauté arménienne où se déroule la production de masques de protection. / © Sébastien Banus/France 3 Occitanie
Un appartement de la communauté arménienne où se déroule la production de masques de protection. / © Sébastien Banus/France 3 Occitanie

Tous ne viennent pas du monde médical. Mais tous ont la même envie d'aider les personnes les plus exposées par le virus. Le tissu est acheté par leur propre moyen. Dans une grande partie des cas, ce sont des draps d'hôpitaux de seconde main. Ils sont stérélisés dans une famille avant de passer à la découpe dans un second appartement, puis cousu dans une troisième famille. Comme chez Kristina.
 


Des équipements bienvenus par les agents


La petite entreprise familiale ne s'est pas donné de nom "pour éviter toutes les récupérations politiques ou associatives". Seul le geste compte. Bien que les masques ne soient pas "agréés", ils sont entièrement lavables et donc réutilisables.

Une cinquantaine d'entre eux ont été distribués, ce mardi 31 mars, à des agents de la police nationale de l'Hérault. "C'est un geste très louable de leur part", a réagi Rémy Alonso, du syndicat Alliance Police Nationale dans le département.

Nombreux sont les policiers et gendarmes qui continuent à déplorer l’absence de masques de protection pour réaliser les contrôles à travers la France.

Les policiers et gendarmes dans l'Hérault font toujours face à une pénurie d'équipements de protection. Un million de masques supplémentaires devaient être livrés ce week-end, selon le ministère de l’Intérieur. Avec une priorité pour les régions à risques comme l'Ile-de-France, comme l'explique Rémy Alonso.
 

Sur le même sujet

Les + Lus