Coronavirus : de Toulouse à Carcassonne, les clubs de rugby confinés s'interrogent sur la suite

Le stade Albert Domec, à Carcassonne, restera vide jusqu'à la reprise. / © CHRISTOPHE BARREAU / Maxppp
Le stade Albert Domec, à Carcassonne, restera vide jusqu'à la reprise. / © CHRISTOPHE BARREAU / Maxppp

Conséquence de l'épidémie de coronavirus, le monde du sport est à l'arrêt. Côté rugby, les clubs de Top 14 comme de Pro D2 sont contraints au confinement. Avec parfois de vraies inquiétudes quant aux conséquences économiques de ce temps mort.

Par RD avec Hélène Macurdy

Habitués à s'entraîner tous les jours, les rugbymen comme les autres sportifs sont aujourd’hui confinés. Les clubs sont fermés, les vestiaires sont désinfectés. Les joueurs, eux, sont au chômage technique. Face à la situation, pas question de se laisser aller.

"J'essaye de rythmer mes journées, de mettre un réveil, de faire 8h30-9h, mais aussi de me mettre à la cuisine et essayer quelques recettes, raconte par exemple Mathieu Babillot, capitaine du Castres Olympique. En ce moment il fait beau, j'allume le barbecue, j'essaye de m'occuper."

Conscients des enjeux sanitaires, de nombreux sportifs dont Fulgence Ouedraogo, 3e ligne du MHR, ont participé à une vidéo appelant les Français à rester chez eux, conformément aux recommandations du gouvernement pour éviter la propagation du virus.
 

 

De 5 à 6 millions d'euros de perte


La situation est inédite, et soulève de nombreuses interrogations, surtout pour un sport à l'économie précaire. Le rugby n'a pas encore fait ses comptes mais certains clubs comme celui de Toulouse pourraient avoir à combler un trou de 5 à 6 millions d'euros.

Didier Lacroix, le président du Stade toulousain, en est certain : "Tout va changer". Mais hormis cette certitude, ce sont surtout des questions, comme il les liste :
 

Quelle attitude il va y avoir vis-à-vis du monde du sport, de la consommation du sport ? Comment on va redémarrer notre économie, comme elle va être affectée ? Est-ce que c'est dans 3 semaines, dans 6 mois ?



Du côté de Carcassonne, l'un des plus petits budgets de Pro D2, le président du club Frédéric Calamel est paradoxalement moins inquiet :
 

Par rapport à des grosses écuries, notre budget est moins important, mais la masse salariale est moins importante aussi. On n'aura pas de problème de trésorerie pour faire face aux salaires. Les joueurs et les salariés ne sont pas responsables d'une telle épidémie, le club non plus, mais on fera face.

 

Fin de saison pour le rugby amateur


Les pertes économiques seront conditionnées à une reprise ou non de la saison. Depuis le début du confinement, les présidents travaillent à plusieurs scénarios : retour d'un Top 16 avec aucune descente, phase finale accélérée... Pour l'instant, impossible de se projeter.

 



La Fédération française de rugby a déjà dû se résoudre à prendre une solution extrême concernant le rugby amateur, en annonçant vendredi 27 mars que les championnats ne reprendront pas. La saison 2019-2020 de Fédérale 1, 2 et 3 mais aussi Honneur et Séries sera donc une saison blanche.

Sur le même sujet

Les + Lus