Covid-19 et vigilance renforcée : ce qui change au quotidien en Lozère et dans le Gard

Le Gard et la Lozère sont désormais les deux départements d’Occitanie placés en vigilance renforcée Covid-19. Le taux d'incidence du coronavirus a dépassé la barre des 300 depuis ce vendredi. Que cela signifie-t-il au quotidien pour les habitants ?

Pour lutter contre la forte augmentation de cas de Covid-19 désormais, le port du masque est obligatoire à Mende en Lozère et dans 7 autres communes de plus de 2.000 habitants.
Pour lutter contre la forte augmentation de cas de Covid-19 désormais, le port du masque est obligatoire à Mende en Lozère et dans 7 autres communes de plus de 2.000 habitants. © BELPRESS/MAXPPP

Depuis quelques jours, la situation sanitaire se dégrade en Lozère. Le nombre de cas de contamination au Covid-19 est en hausse, surtout chez les 10-20 ans, alors qu'en février, la circulation du virus avait ralenti.

Très inquiète par cette flambée brutale du virus en Lozère, la préfète Valérie Hatsch vient de prendre trois arrêtés pour tenter de freiner la progression de l'épidémie dans son département :

Ces 3 arrêtés prennent effet dès ce vendredi et ce jusqu’au 30 avril.

C'est en Aubrac et dans le Gévaudan que les taux d'incidence s'envolent.

Les jeunes lozériens en ligne de mire

Selon la préfète, tous les indicateurs sont au rouge avec un taux d’incidence de 330 personnes pour 100 000 habitants (le ratio est même supérieur car le département compte environ 76 000 habitants). Le taux de positivité est actuellement de 7,7% et il ne reste plus qu’un seul lit disponible au service réanimation de l’hôpital de Mende.

Chez les 10-19 ans, le taux est passé de 174 à 686 pour 100.000 en une semaine.

Le variant anglais est très présent chez les enfants et les jeunes (âgés entre 10 et 20 ans).

Cette augmentation du virus concerne les jeunes de manière massive. Ces jeunes sont en contact avec leurs parents et leurs grands-parents, je fais donc appel à la responsabilité de chacun pour éviter la contamination. Chaque geste compte !

Valérie Hatsch, préfète de la Lozère

Un lycée fermé en Lozère

Une opération de dépistage menée au lycée de Saint-Chély-d’Apcher en fin de semaine dernière a permis de détecter une trentaine de cas positifs. Les cours de l’établissement sont donc dispensés en distanciel intégral jusqu’à la fin de cette semaine, puis en hybridation renforcée à partir de la semaine prochaine.

D’autres opérations de dépistages ont été menées cette semaine, au collège de Saint-Chély, au lycée Notre-Dame de Mende, à l’école publique de Meyrueis et au lycée Sacré-Coeur de Saint-Chély.

Globalement en France, selon les chiffres officiels des contaminations dans les écoles, le nombre d'élèves contaminés par le Covid-19 a augmenté en une semaine, passant de plus de 15 000 à plus de 21 000 sur un total de 12.400.000, selon le ministère de l'Education nationale.

Dans l'ensemble de l'academie de Montpellier désormais, 10 écoles, un collège et deux lycées sont fermés.

La moitié de la population prioritaire vaccinée en Lozère

Dans le département, où 8 centres de vaccinations sont ouverts, 12 000 personnes ont reçu au moins une dose, ce qui représente 16% de la population.

49%, soit la moitié de la population prioritaire a été vaccinée, principalement avec du Pfizer.

Masque obligatoire dans le Gard

Dans le Gard, pour le moment, rien ne change au quotidien.

Le passage en vigilance renforcée témoigne simplement d’une l’aggravation de l’épidémie. Le Gard a dépassé le seuil d’alerte avec un taux d’incidence de 304 pour 100 000 habitants.

La tension hospitalière au service réanimation du CHU de Nîmes est à 104%, ce qui signifie que les patients Covid-19 occupent plus de lits de réanimation qu'il n'y en avait avant l'épidémie. Les premiers tranferts vers d'autres hôpitaux ont commencé. 

A Nîmes, la moyenne d'âge des malades en réanimation se situe entre 50 et 60 ans.

Le seuil d'alerte dépassé dans l'Hérault

Après le Gard et la Lozère, c'est l'Hérault qui pourrait basculé jeudi prochain en vigilance renforcée Covid. Le taux d'incidence a dépassé le seuil d'alerte le 25 mars, à 254 pour 100.000 habitants. Le variant britannique représente 84% des cas positifs et la tension en réanimation n'est qu'à 60% étant donné le nombre important de lits dans la capitale du Languedoc mais elle progresse de près de 20% en 7 jours.

Les seuils d'alerte Covid
  • la vigilance (en-deça d’un taux d’incidence de 250 pour 100 000 habitants),
  • la vigilance renforcée (au-delà d’un taux d’incidence de 250 pour 100 000 habitants et avec une forte croissance de ce dernier sur la semaine glissante précédente)
  • les mesures renforcées (à partir d’un taux d’incidence de 400 pour 100 000 habitants).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation confinement : conseils pratiques