Covid en Occitanie : l'impatience des médecins et pharmaciens qui attendent toujours de pouvoir vacciner

Alors que le gouvernement étend la vaccination anti-Covid aux plus de 75 ans hors Ehpad ainsi qu'aux pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans, les pharmaciens et les médecins libéraux se disent prêts à vacciner. Mais leur entrée dans le dispositif n'est pas prévue avant plusieurs semaines.

L'une des doses du vaccin anti-Covid de Pfizer/Bio NTech distribuée par le CHU de Montpellier
L'une des doses du vaccin anti-Covid de Pfizer/Bio NTech distribuée par le CHU de Montpellier © François Jobard, France 3 Occitanie

Face aux critiques sur la lenteur de la campagne de vaccination, le gouvernement a annoncé ce mardi 5 janvier un élargissement de l’accès au vaccin dès ce mois-ci aux personnes de plus de 75 ans qui ne vivent pas en maison de retraite, ainsi qu'aux pompiers et aux aides à domicile de plus de 50 ans. Médecins et pharmaciens se disent prêts à vacciner, mais pour l'instant ils ne sont pas inclus dans le dispositif.

Les pharmaciens s'estiment "incontournables"

Concernant les pharmacies, elles ne sont pour l’instant autorisées qu’à délivrer les doses dans les Ehpad (Etablissements d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) qui n’ont pas de pharmacie interne. Mais pour Frédéric Abecassis, le président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault, les officines sont l'échelon idéal pour accélérer la vaccination :

Dans les territoires, les libéraux sont habitués à travailler au plus près de la population. Si on veut un succès de cette vaccination, il faut qu'ils soient impliqués d'une façon ou d'une autre. Nous avons la logistique, le dossier médical et pharmaceutique des patients, donc nous sommes des acteurs incontournables de cette chaîne de vaccination.

Frédéric Abecassis, président du syndicat des pharmaciens de l'Hérault

Un point de vue partagé par Bruno Galan, le président de l'ordre régional des pharmaciens d'Occitanie, pharmacien à Palau-Del-Vidre (Pyrénées-Orientales) et lui-même déjà vacciné contre le coronavirus depuis le 4 janvier. Pourtant, il nous a confié que "aucune pharmacie de la région n'a pour l'instant reçu la moindre dose".

Les médecins impatients de vacciner

On retrouve la même impatience à pouvoir vacciner chez les médecins libéraux. A Frontignan (Hérault), dans le cabinet de Jean-Christophe Calmes, vice-président du syndicat MG France, 60 % des patients demandent à être vaccinés et le docteur est prêt :

Nous faisons déjà la consultation de prévention, nous recevons les gens, nous discutons avec eux du vaccin et nous notons dans leurs dossiers ceux qui sont d'accord. ce qui fait que lorsque le vaccin sera disponible, on pourra sortir la liste des volontaires. Vous savez, il y a 60 millions de Français en métropole et 50000 généralistes : à raison de 20 patients vaccinés chaque jour sur une plage de 2 heures, en 3 mois la France entière serait vaccinée.

Dr Jean-Christophe Calmes, vice-président du syndicat MG France

Doses et centres réservés aux personnes prioritaires

L’Occitanie devrait sous peu disposer de 80000 doses. Mais elles sont pour l'heure réservées aux résidents des Ehpad et aux soignants volontaires. Et les 3 centres de vaccination installés d’ici la fin du mois de janvier dans chaque département seront eux aussi dédiés à la vaccination des personnels.
"Ce sont les 13 centres hospitaliers référents qui vont centraliser la réception des doses et gérer leur distribution dans ces centres", explique Pierre Ricordeau le directeur général de l’Agence Régionale de Santé d'Occitanie.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé ce mardi 5 janvier que tous les volontaires pourront "dans les prochains jours" s'inscrire pour prendre rendez-vous sur internet, par téléphone et sans doute via l'application "Tous Anti Covid".

Le calendrier de la vaccination en pharmacies et en cabinets de ville sera-t-il avancé pour répondre à la demande ? La question reste ce soir en suspens.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pays catalan santé société coronavirus/covid-19 vaccins polémique