Les déchets nucléaires tout près de chez vous en Occitanie

Greenpeace publie ce mardi une carte des principaux lieux de stockage et des axes de transport des déchets radioactifs en France. L'Occitanie y est bien représentée avec 6 principaux sites de stockage et les autoroutes A61 et A62 empruntées par des convois routiers à haut risque.

La partie Occitanie de la carte des déchets nucléaires publiées par Greenpeace
La partie Occitanie de la carte des déchets nucléaires publiées par Greenpeace © Greepeace
Que deviennent les déchets radioactifs produits en masse depuis 60 ans par l'industrie électronucléaire française, forte de 58 réacteurs ? Où sont-ils stockés ? Par où transitent-ils ?

L'ONG Greenpeace a établi une carte des sites et points de passage des matières et déchets radioactifs en France. Elle permet de découvrir où ces déchets sont stockés et par où ils transitent, "souvent à l'insu des riverains", selon Greenpeace, près de votre commune. Il suffit d'entrer votre code postal sur le site de Greenpeace qui vous informe sur la présence près de chez vous d'un centre de stockage de déchets nucléaires, ou d'une centrale nucléaire qui entrepose des déchets.

6 sites principaux de stockage et d'entreposage en Occitanie

La région Occitanie est loin d'être épargnée.

Ainsi, Greenpeace y mentionne 6 sites principaux de stockage et d'entreposage : 

Une région traversée par les convois de camions remplis de plutonium et de rebuts de Mox :

L'autoroute A61, entre Nîmes et Toulouse, via Montpellier, Béziers, Narbonne et Carcassonne ainsi que l'autoroute A62 entre Toulouse et Montauban sont empruntées par des convois routiers nucléaires à haut risque. Il s'agit de camions passant à proximité des grandes villes d'Occitanie, soit en provenance de la Hague et transportant du plutonium issu du retraitement à destination de Marcoule, soit en provenance de Marcoule et transportant des rebuts de Mox (mélange de plutonium et d'uranium) à destination de la Hague.
 

Un débat public sur la gestion des déchets radioactifs

Greenpeace ne publie pas sa carte par hasard. Cette publication intervient après le lancement au mois d'avril d'un débat public sur les déchets nucléaires dans le cadre du Plan national de gestion des matières et déchets radioactifs 2019-2021.

Alors qu’un débat public sur la gestion des déchets radioactifs se tient jusqu’au 25 septembre, chaque citoyen doit pouvoir faire entendre sa voix, pour que l’industrie nucléaire ne soit pas la seule à s’exprimer

, estime Greenpeace. 

Le débat, mis entre parenthèses pendant la campagne des élections européennes, reprend ce mardi, avec des dizaine sde réunions publiques qui doivent se tenir jusqu'à l'automne dans toute la France.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nucléaire environnement société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter