"Déni de démocratie" ou "nécessité"... les réactions politiques en Occitanie suite à l'annonce du 49.3

Après l'annonce samedi 29 février du passage en force de la réforme des retraites, les députés de la Haute Garonne, de l'Ariège et du Tarn-et-Garonne réagissent. 

L'annonce du Premier ministre Edouard Philippe samedi a suscité de vives réactions chez les politiques. Décidément, l'application de l'article 49.3 de la constitution, qui revient à faire passer en force la réforme des retraites, ne fait pas l'unanimité chez les parlementaires. 

Valérie Rabault est députée PS du Tarn-et-Garonne et présidente du groupe Socialistes & apparentés à l'Assemblée nationale. Pour elle, l'adoption de la réforme des retraites sans davantage de débats est injustifiable : 

Que le gouvernement dise, on a des urgences avec le coronavirus, on l'entend. Mais ils pouvaient très bien dire qu'ils reportaient le débat [sur la réforme des retraites] après le passage de l'épidémie. Ca on l'aurait entendu. Mais là c'est une démarche autoritaire qui ne favorise pas le débat. C'est inacceptable. - Valérie Rabault 

Une motion de censure déposée 

Suite à l'annonce du chef du gouvernement hier soir, le Parti Socialiste, La France Insoumise et le Parti Communiste ont co-signé et déposé une motion de censure pour essayer de contrer l'application de l'article. 

Les Républicains ont aussi déposé une motion de censure. Mais, pour que l'une de ces motions aboutisse elle doit être approuvée à la majorité absolue par l'Assemblée nationale. Avec presque 300 députés de la majorité, très peu de chances que le gouvernement soit désapprouvé.

Un fait dont Michel Larive, député LFI de l'Ariège, est conscient. Il condamne lui aussi le recours au 49.3

Il défend les milliers d'amendements sur la réforme apportés par son groupe parlementaire. Selon lui, il ne s'agissait pas de questions superficielles. 

Chaque amendement, même quand il était de forme nous permettait de parler du fond. Notamment sur la discussion autour de la valeur du point : c'était très intéressant, seulement comme ça ça n'était pas possible parce qu'il était indexé sur quelque chose qui n'existait pas ! - Michel Larive 

Le 49.3 "était une nécessité" pour Monique Iborra 

Monique Iborra, députée LREM de la 6ème circonscription de la Haute-Garonne défend quant à elle la décision du gouvernement : 

C'était une nécessité parce qu'on était bloqués. Il y a eu plus de 40 000 amendements déposés. A ce rythme on aurait été là pendant des mois... On attend autre chose du parlement qu'une série d'amendements qui n'ont pratiquement aucun contenu - Monique Iborra 

La députée LREM Corinne Vignon, aussi de la Haute Garonne, est co-rapporteure de la réforme des retraites. Elle a exprimé son soutien au Premier ministre sur Twitter : 

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité