• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

L'effarouchement est-il une solution aux prédations d'ours dans les Pyrénées ?

Photo d'illustration / © Lino Mirgeler / AFP
Photo d'illustration / © Lino Mirgeler / AFP

Des arrêtés préfectoraux et ministériels ont été publiés en mai dernier contre l’ours Goiat. Ils prévoient la possibilité d'effarouchement pour faire fuir les ours bruns des Pyrénées considérés dangereux.
 

Par Zoé Daval

552 attaques d’ours ont été constatées en 2018 sur l’ensemble du massif montagneux. Elles ont provoqué la mort de 780 animaux domestiques et la destruction de 20 ruches au cours de l’année mais aussi la colère des éleveurs et agriculteurs.

L’Etat s’est emparé du dossier épineux et a publié un projet d’arrêté relatif à la mise en place de mesures d’effarouchement de l’ours brun des Pyrénées. A titre expérimental pour le moment, il vise à prévenir les prédations quotidiennes sur les troupeaux.
 

L’effarouchement, de quoi parle-t-on ?

Il s’agit d’une perturbation intentionnelle visant à faire fuir l’ours. Deux catégories d’effarouchement sont évoquées par le ministère de la transition écologique :
  • un premier niveau de mesures à l’aide de moyens sonores, olfactifs et lumineux
  • un second niveau dit "dispositif renforcé". C’est la possibilité pour des personnes qualifiées d’utiliser des tirs non létaux sur l’animal à l’aide de cartouches en caoutchouc.
L’Etat se prépare à effaroucher l'ensemble des ours prédateurs, comme l’ours Goiat, considéré dangereux et anormalement prédateur.
 

Il prévoit également la mise en place d'un dispositif pour prévenir directement les éleveurs des bergers sur la localisation des ours. Une consultation publique est en cours jusqu’au 14 juin.

Goiat, principal visé

Les départements de l’Ariège et des Hautes Pyrénées ont lancé des consultations sur des arrêtés préfectoraux du 22 mai dernier. Alors que l'arrêté ministériel prévoit l'effarouchement de l'ensemble des ours, les arrêtés préfectoraux préconisent l'effarouchement de l'ours Goiat. Ils autorisent la mise en œuvre de tirs pour tenir l’ours Goiat éloigné des zones d’habitation et des lieux d’activités humaines, là où des dégâts auront été constatés.
 

Les opérations de conditionnement aversif seront déclenchées contre l’ours Goiat dans les zones où auront été constatées des attaques répétées dans les lieux d’élevage ou pacage de bétails dotés de mesures de protection adaptées au site (clôtures lorsque cela est possible, chiens de protection des troupeaux, présence humaine).
 

Contactée, la préfecture des Hautes Pyrénées n'a pas souhaité répondre à nos questions sur les résultats de la consultation publique.

Les associations dénoncent des mesures qui mettent en péril la vie des ours

Les associations membres de la Coordination associative Pyrénéenne pour l’Ours ont boycotté la réunion sur l’ours organisée par l’Etat début juin. L’association Ferus considère les mesures d’effarouchement illégales et contre-productives et déplore les signaux négatifs envoyés pour la cohabitation.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Lagune de Thau : la mortalité anormale des palourdes mobilise pêcheurs et biologistes

Les + Lus

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant en trois minutes à ce questionnaire.

Commencer