L'exposition pour le centenaire du peintre Pierre Soulages ouvre ses portes mercredi au Louvre

© François Guillot / AFP
© François Guillot / AFP

À l'occasion du 100ème anniversaire du peintre aveyronnais Pierre Soulages, le Louvre lui consacre une exposition dans son Salon Carré à partir du mercredi 11 décembre et jusqu'au 9 mars 2020. Venues de New York, Londres ou de Rodez, une vingtaine de ses plus belles œuvres seront exposées.

Par Emma Derome avec AFP

L'œuvre du peintre aveyronnais Pierre Soulages, explorateur de la lumière à travers la couleur noire, est célébrée à partir du mercredi 11 décembre au Louvre, à l'aube de ses 100 ans. 

Une vingtaine de peintures du maître de 99 ans, considéré comme le plus grand artiste français vivant, seront exposées au Salon Carré jusqu'au 9 mars 2020. Certaines de ces toiles ont été prêtées par certains des plus grands musées du monde (la Tate Modern à Londres, le Guggenheim de New York) mais aussi par le musée Soulages à Rodez.

Rétrospective d'une incroyable longévité

Un choix resserré pour tenter de rendre hommage à la longue carrière de l'artiste qui a peint tout au long de sa vie plus de 1600 œuvres, et continue encore aujourd'hui son travail. 

Du brou de noix de ses débuts dans les années 40 au goudron, matériau d'ordinaire peu prisé des artistes, à l'huile, puis la peinture acrylique qu'il utilise exclusivement depuis 2004, les oeuvres seront présentées chronologiquement, jusqu'à deux tableaux verticaux de 3,90 mètres réalisés cet automne.
 
"L'idée est de voir comment l'œuvre de ce peintre, très tôt attiré par le noir, se développe et se transforme", explique Alfred Pacquement, commissaire de l'exposition.

Sans surprise, une grande part de l'exposition sera consacrée à l'outrenoir, cet univers imaginé par Soulages en 1979 lorsqu'il a pris le virage du noir complet, misant sur le contraste, entre lisse et stries, mat et brillant, noir
et lumière.

C'est une exposition qui devra d'ailleurs s'apprécier différemment selon la clarté du jour et la présence du soleil, souligne Alfred Pacquement.

Ce sont des différences de textures, lisses, fibreuses, calmes, tendues ou agitées qui, captant ou refusant la lumière, font naître les noirs gris ou les noirs profonds. Le reflet est pris en compte et devient partie intégrante de l'œuvre.
- Pierre Soulages, décrivant l'outrenoir

Jusqu'ici, seuls Picasso et Chagall avaient eu le privilège, pour leurs 90 ans, d’avoir eu les honneurs de l'institution de leur vivant.

Le peintre au tableau qui valait 10 millions

Né à Rodez le 24 décembre 1919, et vivant aujourd'hui avec sa femme Colette à Sète, dans l'Hérault, le peintre n'a cessé de voir s'étendre sa renommée avec le temps, jusqu'à s'attirer l'ultime reconnaissance des institutions culturelles et du marché de l'art, qui ont fait de lui l'un des artistes français en activité les plus côtés.
 

Fin 2009, une grande rétrospective d'une centaine de ses œuvres exposées au Centre Pompidou avait attiré un demi-million de visiteurs. À l'approche de son exposition au Louvre, une de ses toiles de 1960 a été adjugée 9,6 millions d'euros à Paris, un record mondial

New York a déjà célébré le centenaire du "peintre du noir et de la lumière" en septembre dernier, 65 ans après avoir accueilli les premiers tableaux de Pierre Soulages.

En parallèle de celle du Louvre, le Centre Pompidou, qui avait consacré une exposition à Soulages dès 1967, va exposer, à partir de mercredi, une sélection de 14 des 25 œuvres de l'artiste conservées dans sa collection, dont sept encore jamais montrées dans ses murs.
 

Sur le même sujet

Les + Lus