• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

La gaonera a 108 ans

La gaonera interprétée par un torerito de plomb. / © Collection privée
La gaonera interprétée par un torerito de plomb. / © Collection privée

23 janvier 1910, Mexico, plaza de toros "El toreo de la Condesa". Rodolfo Gaona, torero mexicain alors âgé de 22 ans, donne pour la première fois en public la fameuse passe de cape qui portera désormais son nom : la gaonera. 

Par Joël Jacobi

Depuis 108 ans, la passe a été mille et une fois interprétée par mille et un toreros. On voit même souvent des séquences où elles sont enchaînées l'une à l'autre. Ces quites por gaoneras donnés généralement après la première pique sont avant tout l'occasion pour le torero d'affirmer sa virtuosité.
Les maîtres du toreo de cape - Morante ou Daniel Luque aujourd'hui, Curro Romero ou Rafael de Paula hier - semblent rechigner à cet exercice, comme s'ils l'estimaient réservé à leurs confrères qui n'ont que ce numéro d'esbrouffe pour briller cape en mains. Eux préfèrent exprimer leur art avec la véronique, la plus commune des passes. Et donc la plus difficile et la plus belle. On ne saurait leur donner tort.

Mais quand les gaoneras sont données avec la solennité et la précison d'un maestro, c'est du grand art!
Voici par exemple le quite por gaoneras interprétée par un certain José Tomás. 
C'était à Jerez le 7 mai 2016.

Gaoneras

 

Sur le même sujet

"Essai clinique sauvage" : plutôt une "étude scientifique" pour Henri Joyeux

Les + Lus