Gard : le centre hospitalier de Pont-Saint-Esprit ferme 14 lits à cause d'une pénurie d'infirmiers

Faute de personnel suffisant, l'hôpital de Pont-Saint-Esprit dans le Gard a fermé 14 lits depuis lundi, notamment à cause d'un manque de soignants. Il faut 5 infirmiers de plus pour faire fonctionner l'établissement normalement. La direction espère recruter et rouvrir au plus vite.

Le Centre hospitalier de Pont-Saint-Esprit a annoncé qu’il était « contraint de revoir son organisation interne et devait procéder à la fermeture temporaire sur le mois d’octobre de 14 lits de soins de suite et de rééducation situés au 2e étage dans le service du Ventoux afin de pallier les difficultés de recrutement en personnel infirmier. ».

14 lits fermés temporairement ?

La décision a été prise, en accord avec la communauté médicale, et après avoir constaté que plusieurs postes infirmiers ne pourraient pas être pourvus malgré des rappels de personnel, le recours à l’intérim et même le rappel de personnel retraité. La seule alternative trouvée au regard de la pénurie actuelle a été de procéder à la fermeture de lits afin de redéployer le personnel infirmier sur les services d’EHPAD principalement.
Ces 14 lits étaient occupés, la direction a dû attendre la fin des séjours et n'a pas pris de nouveaux patients.

C'est une décision douloureuse mais sage. C'est la garantie de pouvoir continuer à fonctionner à taille humaine et dans de bonnes conditions. 

Delphine Delétoile, directrice du Centre hospitalier.

Depuis le mois de septembre, l'hôpital gardois tente d'embaucher des infirmiers et infirmières, même en intérim, mais c'est peine perdue :  il n'y a personne sur le marché du travail dans la région de Pont-Saint-Esprit.

"Nous avons dû fermer ces lits faute d'infirmiers, les agences d'intérim n'ont personne à nous proposer. Les centres de vaccinations ont peut-être aspiré des infirmiers aujourd'hui fatigués, ou alors certains infirmiers en intérim ne se sont pas faits vacciner... toujours est-il que c'est la première fois que nous sommes confrontés à cette situation et tous les établissements de la région le sont également" explique Delphine Delétoile, directrice du centre hospitalier.

L’hôpital spiripontain précise que plus de 98% du personnel est vacciné (100% du personnel médical). Un chiffre au-dessus de la moyenne constatée en Occitanie qui se situe à 96%, selon les derniers chiffres de l’ARS Occitanie. Seules 3 infirmières ne sont pas vaccinées sur les 46 infirmiers diplômés d’État que compte le centre hospitalier.

Recrutement d'urgence

L’hôpital évoque un déficit national de personnel soignant, dont les conséquences sont désormais très concrètes. Face à cette situation, "La Direction des ressources humaines poursuit sa campagne de recrutement, multiplie les contacts et démarches en s’appuyant sur les atouts de l’établissement : des structures à taille humaine et un environnement de travail agréable et dynamique" explique la directrice.

Les C.V commencent à arriver et le Centre hospitalier espère pouvoir rouvrir ces 14 lits dès le mois de novembre.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société vaccins - covid-19 covid-19 emploi économie