• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Gard : une maison des services mêlant cabinets médicaux et boucherie à Vallabrègues

La commune de Vallabrègues, dans le Gard, inaugurera à la fin du mois d'août une maison des services. / © France 3 LR
La commune de Vallabrègues, dans le Gard, inaugurera à la fin du mois d'août une maison des services. / © France 3 LR

La commune de Vallabrègues, près de Beaucaire dans le Gard, inaugurera à la fin du mois une maison des services très insolite. On y trouvera des professions médicales et paramédicales mais aussi, et c'est plus original, une boucherie, qui elle a déjà ouvert.

Par A.A avec Joane Mériot

Les habitants de Vallabrègues attendaient depuis trois ans l'arrivée d'une nouvelle boucherie. Théo Cuadrado a pu ouvrir son premier commerce, grâce au projet de la mairie et l'aide financière de l'Etat, la Région et le Département du Gard, contre un loyer mensuel de 500 euros à verser à la commune.
 

Ca permet à un jeune comme moi de s'installer avec un investissement qui est moindre. Les locaux sont aux normes, tout est équipé", souligne le nouveau boucher. 

 

Il a bénéficié du savoir-faire de l'ancien boucher. Un contrat de cession a été signé pour la fabrication de l'andouillette et du saucisson de Vallabrègues et si l'ancien boucher a pris sa retraite il y a trois ans, pendant six mois, il viendra conseiller son jeune successeur.

"On fait exactement la même chose que je faisais, rien n'a changé", assure l'ancien boucher, Claude Monleau. Et la clientèle est vite revenue, 40 % est originaire du village, 60 % de l'extérieur. Un soulagement pour les habitants.
 

"Tout pour être heureux"


En plus de la boucherie, des professionnels du corps médical s'installeront prochainement dans les étages de la maison des services, avec un accès par le premier et seul ascenseur de la commune.
Au premier étage se trouveront osthéopathe, infirmières et kinésithérapeute. Au second, tout est prévu pour accueillir le remplaçant du dernier médecin généraliste du village, parti il y a deux ans. "Je crois qu'il y a tout pour être heureux, la patientèle aussi", lance Jean-Marie Gilles, le maire, en déambulant dans les locaux flambant neufs.

Et pour le maire, la boucherie est aussi importante que les cabinets médicaux : "Ce sont des services qui bénéficient à toute la population." Dans ce village de 1.400 habitants, un pan de l'économie locale retrouve une seconde vie.
 

Sur le même sujet

Hérault : un

Les + Lus