Après son dynamitage raté, le reste de la cheminée d'Aramon sera grignoté par une grue cet été

L'édifice de la centrale thermique ne s'était pas complètement effondré lors de son dynamitage le 7 juin 2023. EDF annonce la suite des travaux de destruction de la cheminée d'Aramon dans le Gard. Si l'entreprise d'électricité prévoit son abattage durant l'été, le calendrier reste encore flou.

Les travaux de destruction de la cheminée d'Aramon devraient reprendre début juillet et se dérouler durant l'été. C'est ce qu'a annoncé EDF dans un communiqué de presse cette semaine.

Le 7 juin 2023, le dynamitage de la tour ne s'était pas déroulé comme prévu. Sur 250 mètres, environ 100 sont restés debout malgré la longue préparation de l'opération. Un "aléa technique" comme le décrit EDF, que l'on peut observer vu du ciel.

Quel calendrier ?

Cardem, la société en charge de la démolition de la cheminée a choisi la technique dite de "grignotage du béton" à l'aide d'une grue pour terminer la déconstruction de l'édifice.

Ce procédé nécessite "une amenée de matériels par des transports routiers spécifiques", explique EDF dans un communiqué. La grue devrait donc être opérationnelle début juillet, selon le fournisseur d'électricité.

Pour le moment, le calendrier des travaux est encore en cours d'ajustement. La démolition devrait se poursuivre dans l'été mais dépendra des conditions météorologiques et notamment du vent.

Poussières émises non nocives

Après la demi-déconstruction des prélèvements et des analyses ont été réalisées en laboratoire afin d'identifier la teneur des poussières émises lors du tir.

Celles-ci ne "représentent pas de risque pour la santé ni pour l'environnement" affirme EDF dans son communiqué.

En parallèle, un expert agricole dresse l'inventaire des parcelles environnantes ayant subi un éventuel impact sur les récoltes à venir. Celui-ci est en cours de finalisation.

Un périmètre de sécurité est maintenu 24h/24h autour de la cheminée afin de veiller à la sécurité du site.