Départementales 2021 dans le Gard : ce qu'il faut retenir du 1er tour

Au pouvoir depuis 1945, la gauche est en bonne passe dans le Gard pour conserver sa majorité au conseil départemental. Le RN sera présent pour le deuxième tour dans 17 cantons, c'est 1 de plus qu'en 2015. La droite classique perd 3 cantons dès le premier tour. 

Le taux d'abstention a atteint 66 % dans le Gard
Le taux d'abstention a atteint 66 % dans le Gard © MaxPPP

L’abstention a atteint le record de 66%. Dans le Gard,  terre promise du RN,  la gauche retrouve des couleurs et la majorité départementale est confortée pour l’emporter dimanche prochain. La gauche et apparentés sont qualifiés dans les 23 cantons gardois. L'union de la gauche se maintient bien et progresse de 1 point par rapport à 2015, avec même un élu au premier tour.

Au Vigan , le binôme Martin Delord et Hélène Meunier, PS/DVG,  est élu au premier tour avec 76 % des suffrages face au RN qui n'obtient que 24 % des voix. 

A Nîmes et à Alès, l'Union de la Gauche arrive en tête  

Sur Nîmes 2, Amal Couvreur et Christian Bastid de la majorité départementale sont devant le tandem de la majorité municipale LR, Marc Taulelle et Carole Solana. Sur Nîmes 4, François Séguy et Fatima El Hadi, union de la gauche, devancent le duo Richard Tiberino - Véronique Gardeur-Bancel majorité municipale, union de la droite, au coude à coude avec les RN Dany Dos Santos Paiva et Florence Dumas. 

Sur Nîmes 3, Vincent Bouget et Dominique Andrieu-Bonnet, union de la gauche, devancent les candidats RN Sandra Adam et Abderzak Berkani et sont en mesure de prendre ce canton détenu jusque lors par le patron des Républicains Laurent Burgoa, éliminé au 1er Tour. 

Nous sommes dans un département où les prévisions étaient pessimistes pour la gauche et sa majorité relative. On donnait le RN conquérant. Il y a eu une mise en sommeil de l'électorat du RN qui ne s'est pas déplacé. 

Emmanuel négrier, politologue et directeur de recherche au CNRS

Sur les trois cantons alésiens, le RN est le grand absent, et le second tour verra des duels entre la majorité départementale et l’Union de la droite et du centre  « Le bons sens gardois ».

Le RN au second tour 

Le RN perd 3,5 points par rapport à 2015 mais il sera présent au second tour, sauf dans 5 cantons. Dimanche prochain, il y aura 13 duels Union Gauche/ RN , 3 duels DVD/ RN et 1 duel Divers / RN à Aigues-Mortes. 

Sans surprise le RN arrive en tête sur les cantons de Vauvert , Beaucaire, d’Aigues-Mortes et Bagnols-sur-Cèze et Marguerittes où un recomptage a été demandé.

A Beaucaire, ville détenue par le maire RN Julien Sanchez, le RN fait carton plein sans surprise. Le candidat sortant Jean-Pierre Fuster totalise 51,7 % des suffrages pour ce premier tour. Il sera opposé au duo Catherine Chardon-Climent, première adjointe au maire de Joncquières  et Frédéric Etienne,  adjoint au maire de Bellegarde, sous l 'étiquette Divers,  qui sont loin derrière avec 17,6 % des votes. 

A Vauvert , le RN est en ballotage serré sur ce canton qu'il détient. Le canton de Vauvert a été gagné par le FN en 2015 et le deuxième tour a vu un duel FN / PS. Ce sera le même scénario dimanche prochain mais cette année le score est plus serré. Le conseiller départemental sortant  RN Nicolas Meizonnet  obtient 46,4 % des suffrages, tandis que les candidats PS Pascale Fortunat et Bruno Pascal cumule 41,9 %. 

Les surprises viennent de Marguerittes où le RN totalise 35% et d'Aigues-Mortes avec 34 % . A Marguerittes, le RN arrive en tête avec 35 % des suffrages, plus de 10 points devant le binôme divers gauche conduit par le nouveau maire, Rémi Nicolas, qui cumule 24,05 % .

La droite classique en déroute

 La droite ne présentait  pas de candidats dans presque un tiers des cantons (7 sur 23). Au soir du premier tour, elle a perdu le canton de Nîmes 3 où le patron des Républicains et candidat sortant à été éliminé;

C'est une déroute de la droite républicaine, avec à peine 12 % pour les élections régionales. C'est une déroute dans la continuité, il s'est passé la même chose dans l'Aude il y a 5 ans ainsi qu'en Lozère, qui étaient des bastions de la droite républicaine.  

Emmanuel Négrier, politologue et directeur de recherche au CNRS

Même topo à Marguerittes où le maire de Manduel Jean-Jacques Granat, accompagné de la deuxième adjointe de Bouillargues, Marie -Pierre Tronc sont éliminés avec 23,99 % des voix.

Enfin à Aigues-Mortes, le candidat sortant DVD ne s'est pas representé et  le binôme DVD/UDI  n'a  totalisé que 22% des voix et est battu dès le premier tour. 

 Quissac, la présidente du conseil départemental largement en tête 

Sur le canton de Quissac, Françoise Laurent-Perrigot, actuelle présidente de l' Assemblée départementale depuis le mois de novembre suite à la démission de Denis Bouad, totalise  51, 1 %  des suffrages. Largement en tête devant le binôme  Isabelle Gouleret et Maxime Jegat du Rassemblement National avec  29, 6 % des voix. Viennent en suite Jean Paul Audibert et Jacqueline Bouvot,  liste divers gauche dont la France Insoumise, avec 19,27 %. L'actuelle présidente du Conseil départemental est bien partie pour conserver son siége. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections