Gard : 2 chevaux infectés par le virus West Nile détectés en Camargue

Le virus West Nile dans le sang - illustration / © DR
Le virus West Nile dans le sang - illustration / © DR

2 cas de chevaux positifs au virus West Nile ont été confirmés depuis le début du mois de septembre en Camargue gardoise. L’un est mort et l’autre est en voie de guérison. Ces 2 cas témoignent de la circulation du virus dans le Gard. Il était en sommeil depuis 2015.

Par Fabrice Dubault


L’infection à virus West Nile est transmise par les moustiques (essentiellement du genre CULEX) qui se contaminent en piquant des oiseaux sauvages infectés.

Les chevaux, mais aussi parfois les hommes, sont des «hôtes accidentels» qui peuvent être atteints par le virus West-Nile lorsqu’ils sont piqués par des moustiques infectés mais qui ne peuvent pas transmettre à leur tour le virus.

3 cas d'infections positives ont été recensés en 2015 dans notre région. 2 en Camargue et un à Fabrègues, dans l'Hérault.

Le préfet du Gard appelle à la vigilance les éleveurs et les vétérinaires en filière équine afin qu’ils mettent en place dans les zones à risque un traitement insecticide préventif et qu’ils déclarent la totalité des cas de chevaux malades.
La maladie se manifeste chez les équidés soit sous une forme fébrile pure, souvent inapparente, soit sous une forme nerveuse (abattement, tremblements, troubles neurologiques). Une guérison spontanée intervient généralement en 3 à 4 semaines, mais des formes graves avec paralysie et mort peuvent survenir.
 

Virus West Nile en Carmague : Attention !


Cette maladie pouvant atteindre l’homme à la suite d’une piqûre de moustique infecté, il est recommandé aux personnes résidant en Camargue de :
 
  • lutter contre la prolifération des moustiques autour du domicile en éliminant les eaux stagnantes qui constituent leurs gîtes larvaires (ex : vider et ranger à l’abri les petits récipients, couvrir les réservoirs d’eau avec un tissu ou une moustiquaire…)
  • porter des vêtements couvrant et amples, notamment en soirée, les moustiques de type Culex ayant principalement une activité nocturne
  • utiliser des répulsifs, conseillés par votre pharmacien, sur les vêtements et sur les zones de peau découvertes ;
  • pour les personnes sensibles (ex. nouveaux-nés, femmes enceintes, personnes immunodéprimées), dormir sous une moustiquaire ;
  • se protéger contre les piqûres de moustiques : port de vêtements amples, clairs et couvrant bras et jambes, application sur les zones de peau découvertes d’un produit répulsif, en respectant les contre indications et au besoin protection par des moustiquaires dans les zones où les moustiques sont particulièrement nombreux.

Dans la plupart des cas, l’infection humaine à virus West Nile est asymptomatique, c’est-à-dire que le patient ne présente aucun symptôme.

Dans certains cas, toutefois, la maladie se manifeste par un syndrome pseudo-grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires) quelques fois accompagné d’une éruption cutanée. Elle peut, plus rarement, provoquer des complications neurologiques graves. Toute personne présentant ces symptômes doit consulter son médecin.

La circulation du virus West Nile est actuellement surveillée en France par un triple dispositif chez les humains, les chevaux et les oiseaux. Ce réseau de surveillance a été mis en place en Camargue en 2001 puis étendu à la Corse et aux autres départements méditerranéens. Il associe de nombreux partenaires sous la responsabilité des ministères de la santé et de l’agriculture.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Pyrénées-Orientales : grèves en cascades dans les établissements hospitaliers de Saint-Estève et Collioure

Les + Lus