Incendies en Gironde :"plus de Canadair, oui, mais surtout plus de pompiers sur le terrain" réclament les pompiers du Gard

Il faut davantage de moyens aériens pour lutter contre les incendies : c'est ce qu'a admis Emmanuel Macron lors de son déplacement en Gironde. Cette annonce trouve un écho positif auprès des soldats du feu de notre région, mais ils estiment que cela reste insuffisant, au regard des incendies de plus en plus importants et précoces à la saison sèche.

"Oui, il faut acheter plus" d'avions de lutte contre les incendies : c'est ce qu'a déclaré Emmanuel Macron mercredi, lors de sa visite en Gironde auprès des pompiers engagés contre les énormes feux de forêts qui ravagent la région.

Dans le Gard, département régulièrement touché par les incendies en été, à l'image de ces dernières semaines dans les Cévennes ou en Camargue, les pompiers, qui se sont montrés attentifs aux déclarations du Président de la République, estiment que l'Etat peut mieux faire et surtout faire plus.

Les syndicats de pompiers regrettent notamment que son annonce ne concerne que l'achat d'avions bombardier d'eau supplémentaires et soulignent des oublis comme le manque de pompiers professionnels, carence qui peut avoir de lourdes conséquences.

Actuellement, je suis chef de poste et j’ai du mal à faire remplacer les gars qui partent sur les sinistres. Ils passent 36 heures sur les feux ! Si il leur arrive quelque chose, un accident ou même peut-être un décès, comment je vais expliquer à leur famille que j’ai engagé des personnels plus de 36 heures sur des sinistres parce que je n’ai pas assez d’effectifs pour les faire remplacer ?

Lieutenant Nicolas Nadal, Syndicat Sud/ Pompiers du Gard

Dans le Gard, certains syndicats souhaitent le recrutement d'une cinquantaine de pompiers professionnels. Ils pointent aussi la difficulté à recruter des pompiers volontaires partout en France.

Il faut au moins 250 000 pompiers volontaires, c'est indispensable pour pouvoir faire face immédiatement. Or pour parvenir à ce chiffre, il faut une campagne de recrutement exemplaire, très forte et soutenu par l’État de manière à répondre efficacement à ces problématiques humaines. On prône la création d’un secrétariat d'état à la sécurité civile à minima pour pouvoir peser au plus haut niveau décisionnel.

Lieutenant-Colonel Eric Agrinier, Fédération Sapeurs-pompiers de France

Les hommes et les femmes du feu espèrent que les méga incendies de ces dernières semaines vont servir d'électrochoc et permettre un changement de fond dans la chaîne de décisions.

Pour l'instant, l'heure est à lutte sur le terrain, mais les syndicats de pompiers envisagent de se mobiliser dès la rentrée.