L'homme d'affaires, Michel Parmentier, "étudie sérieusement" le dossier pour racheter le Nîmes Olympique

Vers une vente du Nîmes Olympique ? Ce mardi matin, l'actuel président du club et actionnaire majoritaire, Rani Assaf a réuni ses salariés pour discuter de son avenir au sein du club après avoir évoqué son intention de le quitter. Par ailleurs, certains se positionnent pour son rachat. 

Michel Parmentier, directeur d'une vingtaine de McDonald's et ancien président de l'AJ Auxerre
Michel Parmentier, directeur d'une vingtaine de McDonald's et ancien président de l'AJ Auxerre © MAXPPP Jérémie Fulleringer

Vendredi, le président du Nîmes Olympique a évoqué son intention de quitter le club et de mettre un terme à son projet de nouveau stade. Il détient 78 % des parts. Ce mardi matin, Rani Assaf, a réuni ses salariés au stade des Costières pour évoquer l’avenir du club de foot. La direction aurait d'ailleurs demandé de ne pas communiquer à la presse sur cette réunion.

Mettra-t-il ses menaces à exécution ? En début de saison, Rani Assaf avait déjà annoncé la couleur. "Je n'ai de compte à rendre à personne. J'ai 80 % du club, je fais ce que je veux, il faut que ce soit clair pour tout le monde", avait-il dit.

Ce soir, dans un communiqué, le Comité Social et Economique du Nîmes Olympique a déclaré soutenir Rani Assaf et ses décisions concernant l'avenir du club. 

L’homme d’affaires Michel Parmentier intéressé

Alors coup de bluff ou ras-le-bol du Nîmes Olympique ? Une chose est sûre, des discussions sont en cours. Même si le Nîmes Olympique n'est pas à vendre pour l'instant, l’homme d’affaires, Michel Parmentier, a d'ores et déjà confirmé qu’il serait intéressé.

Selon une source proche du dossier, « cela fait plusieurs semaines que Michel étudie le dossier. Il étudie les éléments financiers qui n’ont, pour le moment, pas été vérifiés. Pour l’instant, rien est arrêté ».

« On est encore loin de ce genre de discussion »

Selon cette même source, l’homme d’affaires n’a pas été en contact avec Rani Assaf. Il ne serait d'ailleurs pas le seul à étudier le dossier. Il est donc encore tôt pour connaître la hauteur du rachat : « On est encore loin de ce genre de discussion. »

Néanmoins, Michel Parmentier travaille déjà sur l'avenir du club, relégué en Ligue 2. « Il est confiant sur l’avenir sportif du club. Son projet sera basé sur sa rentabilité financière et la formation ». Une question centrale puisque l’objet de la discorde serait justement le centre de formation, non-rentable pour Rani Assaf. 

Quant à la décision de Rani Assaf, on en saura peut-être un peu plus après le conseil d'administration extraordinaire qui aura lieu jeudi. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
nîmes olympique football sport