Nîmes : "acte de vandalisme" sur un réservoir, l'eau du robinet déclarée propre à la consommation

Les habitants de onze quartiers de Nîmes (Gard) étaient appelés ce samedi 27 février à ne plus boire l'eau du robinet après des dégâts constatés sur une cuve du réseau. Dans la journée, les résultats d'analyses ont permis de lever ces restrictions. 

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Aurélie Lagain/Radio France/Maxppp

Ce vendredi 26 février en fin d’après-midi, des techniciens d’Eau de Nîmes (EDM) ont constaté que des dégradations avaient eu lieu sur une cuve du réseau. Située à La Ponche, sur la commune de Marguerittes, elle permet le stockage de 2000mde liquide et alimente une partie de la métropole en eau potable. Dans la crainte d'une éventuelle contamination, la consommation de l’eau a été déconseillée dans la nuit dans onze quartiers de Nîmes. Elle pouvait toutefois "continuer à être utilisée pour les besoins sanitaires", a indiquait Nîmes Métropole à l’issue d’une conférence de presse tenue ce samedi matin. 

Les services de la ville ont organisé la distribution de bouteilles d’eau (environ 200.000 acheminées dans la nuit) à destination des riverains. Cinq sites étaient déployés (voir la liste en bas d'article). L’accès, gratuit, a été limité par un quota de deux litres par jour et par personne. 

Distribution d'eau dans l'un des points de collecte organisés à Nîmes ce samedi 27 février.
Distribution d'eau dans l'un des points de collecte organisés à Nîmes ce samedi 27 février. © FTV

Un numéro d’urgence a également été mis en place : le 0 969 366 102. 

"Précaution"

Des analyses de l’eau ont été effectuées par un laboratoire mandaté via l’Agence régionale de santé. "Les premiers résultats disponibles dans la nuit ont permis de mettre en lumière l’absence de toxicité, a détaillé Nîmes Métropole. La restriction reste en cours par précaution." Ces tests, qui concernent les substances chimiques, devaient en effet être complétés par des examens bactériologiques et viraux, ainsi que par des études sur les modalités de la purge du réseau. 

Conférence de presse menée au siège de Nîmes Métropole, ce samedi 27 février.
Conférence de presse menée au siège de Nîmes Métropole, ce samedi 27 février. © FTV

Les restrictions de consommation on pu être levées en début d'après-midi. "Tous les doutes sont levés pour l’ARS", a alors déclaré Nîmes Métropole par communiqué, qui a ajouté : "Des sms et des appels sont en cours d’envoi auprès de tous les usagers concernés."

Dépôt de plainte

 

Selon Nîmes Métropôle, les dégâts constatés sur la cuve – un capot arraché - témoignent d’un "acte de vandalisme". Une plainte doit être déposée ce samedi. L’institution annonce également la mise en place d’un recensement des "points sensibles" et de nouvelles mesures de sécurité sur les réservoirs de la zone

Points de distribution d'eau en bouteille

Onze quartiers étaient concernés par la distribution d'eau en bouteille aux habitants. Les points de collectes étaient localisés sur les sites suivants : 

  • Parking Pitot, Prolongée - Jean Bouin (sous le viaduc, zone Route d’Uzès),
  • Carré Saint Dominique avenue de Bir Hakein (Zone Chemin bas – Clos d’Orville – Grézan),
  • Monseigneur Claverie – Centre commercial des grillons (Zone Mas de Mingue),
  • Courbessac - place du village (Zone Courbessac- Mas d’Escatte),
  • Contre allée lycée Philippe Lamour (Zone Beausoleil- Oliviers – Mas de Possac)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
consommation santé société