• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Nîmes : après une cavale de 23 ans, un Perpignanais est jugé pour trafic de cannabis

Après avoir échappé à la justice pendant des décennies, le Perpignanais Jean-Claude Pijuant comparaît devant la cour d’assises du Gard, pour trafic de cannabis. / © Police Guatemala / twitter
Après avoir échappé à la justice pendant des décennies, le Perpignanais Jean-Claude Pijuant comparaît devant la cour d’assises du Gard, pour trafic de cannabis. / © Police Guatemala / twitter

Après avoir échappé à la justice pendant des décennies, le Perpignanais Jean-Claude Pijuant comparaît devant la cour d’assises du Gard, pour trafic de cannabis.
 

Par Olivier Le Creurer

Cela faisait 23 ans que Jean-Claude Pijuant, un Perpignanais, échappait aux mains de la justice. Après de longues années à l’étranger, l’homme a été arrêté au Guatemala, selon les informations de nos confrères de Midi Libre. Retour sur une affaire singulière.
 

Le Lady Duncan

Le 21 novembre 1996 au matin, après des mois d’enquête, une vedette des douanes interpelle le voilier anglais « Lady Duncan », à la sortie de Port Camargue dans le Gard. A son bord, trois hommes d’équipage de nationalités différentes et une centaine de colis soigneusement emballés : au total, 2700 kilos de résine de cannabis.
 


La drogue, en provenance du Maroc via l’Espagne devait être réceptionnée par plusieurs individus dont l’américain Michael Sherman. Le dispositif de surveillance est éventé et l’homme prend la fuite. 15 ans plus tard, en 2011, Michael Sherman comparaissait devant la Cour d’Assises spéciale, et était condamné. D’autres acteurs de cette affaire étaient alors à l’étranger et comptaient y rester : c’est le cas du Perpignanais Jean-Claude Pijuant.
 

Le Perpignanais Jean-Claude Pijuant en cavale

Jean-Claude Pijuant démarre alors le début d’une longue cavale. Selon nos confrères de Midi Libre, il se trouvait aux Philippines lors du coup de filet des douanes en 1996. Il aurait ensuite travaillé comme plongeur sur épaves en Australie avant d’atterrir au Guatemala. C’est là qu’il sera arrêté, après des années de cavale. En décembre 2017, il prend le risque de refaire ses papiers à l’ambassade de France, sans savoir qu’il est toujours recherché sur mandat d’arrêt. En janvier 2018, il était arrêté par Interpol puis extradé en France.
 

Aujourd’hui, il est jugé à la cour d’assises du Gard pour trafic de cannabis. La plupart des personnes jugées dans le cadre de cette affaire ont été condamnées à des peines allant jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle.

 

Sur le même sujet

Gard : Port Camargue, premier port de plaisance d'Europe célèbre ses 50 ans

Les + Lus