Nîmes : A contre-sens à 150 km/heure sur l'Autoroute A9 et en état d'ivresse

Une femme de 25 ans en état d'ivresse a été interceptée après avoir parcouru une trentaine de kilomètres à contre-sens sur l'Autoroute A9. Elle était sous l'emprise de substances à déterminer.

Arrêtée par le peloton de gendarmerie autoroutier de Grand-Gallargues (Gard), la conductrice avait parcouru près de trente kilomètres à contre-sens et en état d'ivresse.
Arrêtée par le peloton de gendarmerie autoroutier de Grand-Gallargues (Gard), la conductrice avait parcouru près de trente kilomètres à contre-sens et en état d'ivresse. © PHOTOPQR/LE MIDI LIBRE
Ce sont des automobilistes roulant sur l’autoroute A9 qui ont donné l’alerte ce vendredi matin peu après 10 heures : une Renault Clio grise fonçait à vive allure sur la voie de gauche à contre-sens du trafic à hauteur de Roquemaure dans le Gard, en direction elle de Nîmes.

Immédiatement, le peloton autoroutier de gendarmerie de Grand-Gallargues se mettait en chasse du véhicule et le rattrapait à hauteur de Milhaud (Gard) en lui intimant plusieurs fois l'ordre de s'arrêter. La conductrice s'arrêtait une première fois à hauteur de Vergèze (Gard), avant de redémarrer brusquement manquant de percuter les gendarmes descendus de leur véhicule pour l'interpeller.

Elle tentait de s’échapper à 150 kilomètres/heures, et c'est finalement après une vingtaine de minutes de course poursuite qu'elle était stoppée par un barrage établi par le Peloton de Gendarmerie de Vauvert au péage autoroutier de Gallargues-le-Monteux (Gard). 
 
En état d’ivresse apparente, tenant des propos délirants selon les gendarmes, la femme de 25 ans a refusé d'être soumise aux premiers tests de dépistage pour savoir si elle était sous emprise d’alcool, de stupéfiants, de médicaments ou de mélange de substances.

Résidant dans le département du Gard, elle a été placée en garde à vue avec son passager, âgé lui de 30 ans, suite à son refus d'obtempérer, ainsi que pour la mise en danger d'agents de la force publique, les deux pour leur refus de se soumettre aux vérifications de l'état alcoolique et stupéfiant.
La conductrice a été au final hospitalisée d'urgence en psychiatrie, ayant des antécédents de suivi en la matière, et son passager mis hors de cause. Après la fin de son internement, la garde à vue sera reprise.

Le Procureur de la République de Nîmes Eric Maurel a ouvert une enquête pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "conduite en état d'ivresse manifeste" :
             
Par chance, malgré sa vitesse excessive estimée par les gendarmes qui la coursaient à près de 150 kilomètres/heures, le véhicule à contre-sens n’a percuté aucun autre véhicule.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers circulation alcool société drogue