Nîmes : l'Etat débloque 140 millions d’euros pour la rénovation de trois quartiers

Le quartier Pissevin à Nîmes est parmi les plus pauvres de France - novembre 2019 / © FTV - Martin Villaret
Le quartier Pissevin à Nîmes est parmi les plus pauvres de France - novembre 2019 / © FTV - Martin Villaret

Trois quartiers de Nîmes vont être rénovés. Pissevin-Valdegour, Chemin Bas d’Avignon et le Mas de Mingue. Coût total prévu de 470 millions d’euros. L’Etat va financer à hauteur de 35% l’ensemble de ces projets.

Par Joane Mériot

C’est le plus gros dossier de l’Agence de rénovation urbaine de France. L’Etat s’est engagé la semaine dernière à financer à hauteur de 35% la rénovation de trois quartiers nîmois rentrant dans le nouveau programme de renouvellement urbain. Coût total de la rénovation: 470 millions d’euros.

Les quartiers concernés, Pissevin-Valdegour, Chemin Bas d’Avignon et le Mas de Mingue font partie des plus pauvres de France. Cette rénovation, cela fait des années que les habitants l’attendent et la réclament.
 
 

Ce sont des projets qui sont réalistes et qui doivent changer l’image de ces quartiers-là. Dans 5 ans on verra les commerces Porte des Arts, on ne verra plus la galerie Richard-Wagner. On retrouvera le sol, et je pense que cela va changer énormément la physionomie du quartier. Et sur la partie proche de Kennedy, à l’entrée de Pissevin, on verra des commerces et des logements. 
- Laurent Burgoa, Adjoint au mairie de Nîmes.


La ferme-école de Valdegour doit aussi être transférée quelques centaines de mètres plus haut, dans la pinède.

Près de 950 logements vont être démolis, il faudra alors reloger ces familles dont les habitations vont être détruites. Le relogement a déjà commencé au rythme de 150 foyers par an. Les foyers seront relogés en tenant compte des souhaits des familles. Quant à la reconstruction des logements, 50% s'effectuera à Nîmes et 50% dans les communes de Nîmes-Métropole.

Accompagner, ce n’est pas forcer les gens, c’est indéniable, c’est leur proposer une autre possibilité de logement et de vie aussi. Nous proposons trois choix aux familles pour qu’elles puissent accepter en fonction de là où elles vivent et en fonction du changement qu’elles peuvent opérer.
- Valérie Rouverand, en charge du dossier Rénovation Urbaine pour Nîmes Métropole


Les travaux devraient débuter d’ici deux ou trois ans maximum.


Le reportage de Pascale Barbès et Martin Villaret 
 

 

Qui finance quoi ?

Le montant total du projet s’élève à 470 millions d’euros. L’Anru participe à hauteur de 35% et financera 144 millions d’euros du projet, les bailleurs 184,7 millions d’euros, la ville de Nîmes 56 millions d’euros, l’Agglo 24,4 millions d’euros, le département 13,6 millions d’euros, l’agence nationale de l’habitat financera 10,7 millions d’euros, l’Europe 1 million d’euros, la Région participera à hauteur de 8,7 millions d’euros et la caisse des dépôts et consignations participera à hauteur de 125 000 euros.  
 

Sur le même sujet

Les + Lus