Nîmes : un homme de 21 ans tué par balle dans la nuit dans le quartier du Chemin Bas d'Avignon

Une nouvelle fois, des tirs d'arme à feu ont eu lieu dans le quartier du Chemin Bas d'Avignon dans la ville de Nîmes vers 23 heures dans la nuit de dimanche à ce lundi. Un homme d'une vingtaine d'année n'a pu être ranimé par les pompiers.
C'est dans le quartier du Chemin-Bas d'Avignon à Nîmes qu'ont retenti les coups de feu.
C'est dans le quartier du Chemin-Bas d'Avignon à Nîmes qu'ont retenti les coups de feu. © FTV France 3 Occitanie/E. Mangani

Déjà un peu plus tôt dans la journée, selon nos confrères de France Bleu Gard Lozère, des coups de feu avaient été entendus dans ce quartier sensible de Nîmes. Des douilles auraient été retrouvées du côté du centre commercial Le Portal. Ce seraient des individus cagoulés qui en seraient les auteurs selon certains témoignages.

En fin de soirée, nouvel épisode qui s'est soldé cette fois-ci par le décès d'un homme de 21 ans, malgré l'intervention de la Police Nationale, de la Police Municipale et des Pompiers de Nîmes. Celui-ci rentrait de faire du sport quand il a été attaqué par un ou plusieurs individus avec des armes automatiques. Plusieurs étuis ont été retrouvés sur les lieux du drame.

Le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel a confirmé le décès et a chargé la Police judiciaire de cette nouvelle enquête, tout comme pour la fusillade du matin :

Nous sommes en face d'individus qui sont déterminés et qui ont les moyens de leur détermination. Désormais, ce sont souvent des armes de guerre, des kalashnikovs...qui sont utilisées.

Eric Maurel, Procureur de la République de Nîmes, vient de regrouper l'ensemble des enquêtes sur ces différentes agressions armées nîmoises au sein du SRPJ de Montpellier pour tenter d'en voir les connections.
Eric Maurel, Procureur de la République de Nîmes, vient de regrouper l'ensemble des enquêtes sur ces différentes agressions armées nîmoises au sein du SRPJ de Montpellier pour tenter d'en voir les connections. © FTV France 3 Occitanie / Eric Mangani

 

Une autopsie va être pratiquée pour définir exactement le nombre de balles mortelles.

 

Des fusillades à répétition

 

Ces derniers mois, les échanges de coups de feu et les fusillades se multiplient dans les quartiers dits "sensibles" de Nîmes. 

Ainsi dans la nuit du 24 au 25 février dernier, un adolescent avait déjà été grièvement blessé par balles dans ce même quartier du Chemin-Bas. Et deux jours plus tard, nouvelle fusillade.

 

 

Une quinzaine de jours avant, c'était le quartier Pissevin qui avait été l'objet d'échanges de tirs à répétition, conduisant à une mobilisation des habitants et à une interpellation des pouvoirs publics pour lutter contre cette insécurité grandissante. 

 

 

Le Procureur Eric Maurel a demandé à ce que tous ces dossiers analogues soient regroupés en enquête au sein du Service Régional de la Police Judiciaire de Montpellier :

Il convient de savoir si ces différents faits, tentatives de meurtre ou assassinat avéré ont des éléments de connexité. Sur fond de trafic de stupéfiant ou autres.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers police société sécurité violence