Nîmes : importante opération policière dans le quartier Pissevin

Les stupéfiants trouvés par les policiers dans le quartier Pissevin à Nîmes lors de l'opération du 3 février / © Police Nationale
Les stupéfiants trouvés par les policiers dans le quartier Pissevin à Nîmes lors de l'opération du 3 février / © Police Nationale

Une semaine après la soirée agitée du 26 janvier 2020 durant laquelle des rafales de kalachnikov avaient été tirées sur la façade d'une galerie commerciale du quartier Pissevin, les policiers ont mis en place une importante opération anti-délinquance. Un dealer a été interpellé.

 

Par Sonia Conreaux et Christophe Chassaigne

Changement d'ambiance ce lundi soir 3 février 2020 dans le quartier Pissevin. Au pied de la galerie Richard Wagner ciblée par des tirs le 26 janvier dernier, les voitures de Police se déploient tout autour de la place Claude Debussy. De 20 heures à 22 heures, l'opération anti-délinquance voulue par Eric Maurel, Procureur de la République de Nîmes, mobilise une quarantaine de policiers renforcés par trois équipes spécialisées dans la recherche de stupéfiants.  

Plus de vingt jeunes du quartier sont contrôlés sans que les trois chiens dressés pour repérer des stupéfiants, des liasses de billets, des armes ou des munitions ne montrent un quelconque intérêt. Mais alors qu'ils se dirigent vers un nouveau groupe, l'un des jeunes tente de se soustraire au contrôle et prend la fuite en courant. Les policiers le prennent en chasse et finissent par l'interpeller après quelques minutes de course-poursuite.
 

Une importante saisie de stupéfiants 


Entre le moment où il a pris la fuite et celui de son interpellation, ce mineur âgé de 17 ans s'est débarassé de son sac à dos. Les policiers ratissent donc le quartier et finissent par le retrouver, abandonné dans un coin sombre. Le contenu de ce sac ne laisse guère de place aux doutes quant aux activités du jeune homme : 168 sachets d'herbe de cannabis , 135 sachets de résine de cannabis , 54 doses de cocaïne , 5 doses d'héroïne et 27 cachets d'ecstasy. La thèse d'un stock destiné à une simple consommation personnelle sera difficile à défendre par son avocat.

L'opération s'est terminée vers 22 heures. Le jeune homme interpellé a été placé en garde à vue.

Sur le même sujet

Les + Lus