Nîmes : le ras-le-bol des assistants familiaux

Ils réclament un meilleur salaire mais aussi plus de reconnaissance. Les assistants familiaux ont donné de la voix ce jeudi à Nîmes devant l'hôtel du Département. Ils sont près de 500 dans le Gard à s'occuper d'enfants placés et réclament un vrai statut.

De rouge vêtus pour crier leur colère, ils sont une trentaine à manifester à Nîmes pour représenter les assistants familiaux du Gard.
De rouge vêtus pour crier leur colère, ils sont une trentaine à manifester à Nîmes pour représenter les assistants familiaux du Gard. © France 3 Pays gardois
On les appelle aussi les familles d'accueil. Les assistants familiaux du Gard sont en colère. Et ils l'ont crié haut et fort ce jeudi devant l'hôtel de Département à Nîmes. Seule une trentaine d'entre eux étaient présents car c'était la "jauge" sanitaire maximum acceptée pour la manifestation en ces temps de Covid, mais ils sont 473 en tout dans le Gard pour accueillir les enfants placés. Et ils dénoncent leur précarité et l'insuffisance de leur salaire.

"Y'en a marre..."

Un slogan simple mais qui résume la colère des assistants familiaux. Et en premier lieu, ce sont les salaires qui ne sont pas à la hauteur de l' investissement demandé par l'accueil d'un enfant en difficulté.

"Je suis assistant familial depuis 3 ans" explique Thierry Pérez, famille d'accueil dans le Gard. " J'ai l'agrément pour un accueil donc je m'occupe d'un enfant. Je perçois un salaire de base de 50h+70h d'accueil donc 120h payées au Smic, c'est à dire un salaire de base de 970 euros par mois et ça, c'est pas normal".
Au-delà d'une revalorisation salariale, c'est un véritable statut que réclament les assistants familiaux.
Au-delà d'une revalorisation salariale, c'est un véritable statut que réclament les assistants familiaux. © France 3 Pays gardois

Assistant familial : un travail sans repos

Quand on accueille un enfant, pas d'horaires de bureau et pas de jours fériés. C'est du 100% d'investissement  car les horaires et les jours de repos n'existent pas. Et les assistants familiaux sont particulièrement surmenés avec la pandémie de Covid et les confinements.
 

C'est du personnel qui travaille 24h sur 24, 7 jours sur 7, sans repos, sans jour férié à part le 1er mai parce que la loi l'exige.

Odile Caillol, assistante familiale co-secrétaire CGT

Des assistants familiaux qui se sentent "piétinés" dans leur travail.
Des assistants familiaux qui se sentent "piétinés" dans leur travail. © France 3 Pays gardois
Aujourd'hui fonctionnaires de catégorie C, les assistants familiaux du Gard demandent également la reconnaissance d'un statut pour lutter contre la précarité du métier. 

Le reportage, devant l'hôtel du département de Nîmes de Pauline Pidoux et Julianne Paul pour France 3 Pays gardois.

Les obligations des assistants familiaux

L'administration française définit la profession d'assistant familial. En voici les lignes principales:
Les assistants familiaux jouent un rôle crucial dans le développement des enfants trop tôt malmenés par la vie. A voir ou revoir: Enfants placés ou déplacés : une affaire de famille, un reportage de France 3 Occitanie.

Et pour en savoir plus sur les liens entre les enfants placés et leur famille d'accueil,  "La maison des maternelles" sur France 5 leur a consacré une émission en 2017.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social manifestation économie jeunesse société famille