Nîmes : un conducteur de trottinette électrique mort dans un accident avec une voiture

Le jeune homme a été victime d'un accident avec une voiture dans la nuit de vendredi à samedi, à Nîmes. Il n’a pas pu être réanimé.

Un homme faisant de la trottinette électrique à Paris, le 29 octobre 2019 (image d'illustration).
Un homme faisant de la trottinette électrique à Paris, le 29 octobre 2019 (image d'illustration). © Alexis Sciard / IP3

L’accident est survenu aux alentours de minuit ce samedi 19 juin à Nîmes. Le conducteur d’une trottinette électrique est victime d’un choc avec une voiture. L’homme, âgé d’environ 25 ans, était déjà en arrêt cardio-respiratoire à l’arrivée des secours, qui n’ont pas pu le réanimer.

Ce drame est le dernier en date dans la région, accompagnant le développement de ces modalités de transport urbain. Pour Jacques Thierry, de la Ligue contre la violence routière du Gard, leur utilisation est souvent associée à une méconnaissance des usagers. "Ils ne sont généralement pas informés des risques puisqu’ils n’ont pas forcément le permis, déplore-t-il. Ils ont cet engin qu’on leur a donné, qu’ils ont acheté ou loué, sans aucune protection théorique."

En règle générale, les trottinettes électriques doivent rouler sur les voies cyclables ou les routes d’agglomération. Même dans le premier cas, la prudence reste de mise : "Ici, il faut faire attention parce que les pistes cyclables sur les trottoirs, c’est systématiquement une zone partagée, souligne Cyril de Goulet, gérant d’un magasin spécialisé. Les piétons ne font pas attention aux usagers trottinette ou vélo. Et réciproquement."

À Nîmes, la circulation est également autorisée sur les trottoirs, à une vitesse maximale de 6 km/h. La loi stipule que les conducteurs doivent être âgés d’au moins douze ans. Il est interdit notamment de monter à plusieurs sur le véhicule ou de dépasser les 25 km/h. Le port du casque lui, n’est pas obligatoire mais fortement recommandé. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
accident faits divers