Nîmes : Catarina Castro condamnée à 12 ans de réclusion pour avoir tué son mari, ses deux fils acquittés

Catarina Castro a été reconnue coupable de meurtre et condamnée à 12 ans de réclusion criminelle, ses deux fils ont été acquittés. Catarina, Michaël et Jordan Castro étaient jugés par la cour d'assises du Gard pour l’assassinat de Badre Fakir, le père de famille, en 2015.

Catarina Castro dans le box des accusés lors de son procès devant la cour d'assises du Gard - 9 avril 2021
Catarina Castro dans le box des accusés lors de son procès devant la cour d'assises du Gard - 9 avril 2021 © FTV - Joane Meriot

Le verdict est tombé ce samedi 10 avril. Catarina Castro a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle. Elle a été reconnue coupable du meurtre, par la cour d'assises du Gard, de son compagnon Badre Fakir en août 2015 : "C’est une peine juste car elle a pris en considération qu’avant d’être auteure d’un crime, Catarina était victime de violences. C’est un grand pas, c’est la reconnaissance d’une certaine forme de compréhension voire d’indulgence au regard de ce lourd vécu de souffrance" confie son avocate maître Aoudia. 

Ses deux fils ont été reconnus non coupable et ont été acquittés par la cour. Pour l'avocate des soeurs de Badre Fakir, c'est un soulagement : "Nous sommes très heureuses pour les garçons. La réconciliation des parties a fait qu’il n’y avait plus l’envie d’une condamnation pour les garçons. Même si dans l’esprit des parties civiles, il y a toujours le fait qu’il y ait une implication, mais on ne voulait pas qu’ils soient condamnés," déclare maître El Bouroumi, l'avocate des soeurs de la victime, à la sortie de l'audience.  

L'avocat général avait requis 14 ans de réclusion criminelle à l’encontre de Catarina Castro et 7 ans de prison pour les deux frères, parlant d'"un crime prémédité par les trois et réalisé par les trois." Mais la cour n'a pas reconnu la prémeditation et a donc déclaré Catarina coupable de meurtre et non d'assassinat. 

Derniers mots des accusés 

Avant de se retirer pour délibérer le président de la cour a laissé les trois accusés s'exprimer : "Je remercie la cour, j'ai pu parler à la famille de mon père, et ça m'a fait du bien", a déclaré Michaël Castro l'aîné de la fraterie âgé aujourd'hui de 29 ans. Son frère Jordan âgé lui de 24 ans, a simplement ajouté : "comme mon frère, avec la famille c'est retabli, c'est déjà mieux qu'avant".

La douleur est en moi et elle le restera toute ma vie

Catarina Castro

Puis c'est au tour de Catarina, la mère de famille de s'exprimer : "Je leur demande pardon, à mes enfants de les avoir entrainé dans cette folie, je demande pardon à ma famille, à la justice. La douleur est en moi et elle le restera toute ma vie."

Après ces déclaratoins, les jurés ont délibéré pendant près de 3 heures. Ils ont fini par condamner Catarina, pour le meurtre de son compagnon, à 12 ans de réclusion criminelle. 

Un mobile financier d'un côté, de l'autre les violences intrafamiliales 

Catarina Castro, qui avait connu son compagnon à l'âge de 14 ans, a décrit une vie de violences conjugales, mercredi, à la barre, en cherchant à dédouaner ses fils. Elle a affirmé avoir agi seule pour droguer et étrangler la victime, dans la villa du couple à Milhaud (Gard), ses fils étant seulement intervenus selon elle pour transporter et brûler le corps.

"Badre pouvait être gentil, tout nous donner par moment et être l'opposé. Il avait deux visages. Moi, je n'étais pas une femme battue tous les jours. C'est quand il disait que j'avais fauté, lorsqu'il était en colère qu'il cognait. Je n'ai jamais porté plainte, j'avais peur de lui. Il me disait qu'il me tuerait", a-t-elle assuré. Elle a aussi décrit des actes d'une violence extrême, et notamment des coups au visage et au ventre quand elle était enceinte. "Je l'aimais" mais "ce soir-là c'était lui ou moi, je n'avais pas le choix", a ajouté cette mère de quatre enfants.

Pour son avocate, le drame intervient alors que la victime a une emprise sur l'accusée.

Plus les années avancent et plus Catarina devient dépendante, plus les années avancent et plus elle se construit dans la peur

maître Aoudia, l'avocate de Catarina Castro

Pour les parties civiles, le mobile de l'assassinat en est tout autre. Ils estiment qu'il s'agit d'un meurtre prémédité, loin d'un acte impulsif mais guidé par des motifs d'argent. Pour maître El Bouroumi, l'avocate des deux soeurs de la victime, l'aspect financier est central dans ce dossier. Pour elle, l'accusée et son concubin étaient un couple d'escrocs. Lors de sa plaidoirie, elle s'adresse à Catarina : "Vous êtes une menteuse, une escroc." Pour l'avocate, la victime décrite comme un violent était en réalité "un toutou" pour Catarina Castro car il l'aimait beaucoup trop.

Demande d'acquittement de la défense

Pour les deux frères, les avocats ont demandé l'acquittement : "Michaël n'a pas pu commettre ce crime matériellement, c’est quelqu’un qui n’a jamais emprunté le chemin de la délinquance. Je vous demande d’être juste et donc de l’acquitter."  

Jordan n'est pas dans la haine de son père, il est dans l'indifférence et cela fait des années. Je vous demande donc de l'acquitter

Maître Mordacq, l'avocate de Jordan Castro

Concernant Jordan dont la personnalité a posé question tout au long de ce procès. Etait-il à l'origine des coups de couteau porter à son père ? Aucune réponse n'a été apportée à ce sujet lors du procès. Son avocat, maître Mordacq a demandé l'acquittement "Jordan est loin d'être un fada, c'est juste un homme qui s'est réfugié dans un monde virtuel. L'expert dit qu'il a une personnalité schizoide, ce sont des gens qui vivent dans leur monde. Ce sont des gens qui semblent ne pas avoir le moindre affect. Jordan n'est pas dans la haine de son père, il est dans l'indifférence et cela fait des années. Je vous demande donc de l'acquitter.

La cour a tranché et a répondu à la demande des avocats de la défense. Ils ont reconnu les deux fils non coupable de l'assassinat de leur père Badre Fakir. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
assises justice société faits divers famille police sécurité