"On ne peut plus rien faire" : le désarroi du père de Fayed, 10 ans, tué à Pissevin à Nîmes, après la mort de l'auteur présumé de la fusillade

Le père et l'oncle de Fayed se désole de la mort de l'un des suspects de la fusillade du 21 août 2023 dans le quartier Pissevin à Nîmes. Le garçon de 10 ans avait été tué par une balle perdue. Sa famille aurait voulu que le suspect soit arrêté plus vite.

L'enquête sur la mort du jeune Fayed avance. L'un des tueurs présumés du garçonnet - victime collatérale de trafiquants de drogue le 21 août 2023 dans le quartier Pisssevin à Nîmes - est mort dans un accident de la route à Nîmes dans la nuit du 22 au 23 septembre dernier.

ADN d'un jeune trafiquant de drogue marseillais

La voiture avait effectué plusieurs tonneaux avant d'aller s'encastrer dans un mur. À son bord deux jeunes gens âgés de 17 et 20 ans. C'est l'ADN du plus jeune qui a parlé. Il correspond à celui prélevé sur la scène de crime. Le jeune homme originaire de Marseille était connu de la police pour trafic de drogue.

"Ce mineur est bien connu de la justice car il a plusieurs antécédents pour violences et séquestrations sur des points de deal à Marseille, ont indiqué à l'AFP des sources proches de l'enquête. Il était dans le viseur de l'enquête sur la mort du petit Fayed parce que son ADN avait été retrouvé sur une douille sur le lieu de la fusillade."

La nouvelle de la mort du suspect est affligeante pour la famille de la victime encore sous le choc.

Je ne suis pas content car il aurait dû être devant la justice pour expliquer ce qui s’était passé. Pourquoi il a fait ça. Là, on ne peut plus rien faire.

Madi Halifa, père de Fayed

"Je n’ai pas eu d’informations. J’aimerais que l’enquête éclaircisse ce qui s’est passé, que les autres suspects soient arrêtés", poursuit le père de Fayed.

La famille, sous le choc, est repartie à Mayotte

Après le drame les proches du petit garçon sont repartis à Mayotte, département français de l'océan Indien dont ils sont originaires. Moustoipha Aboubacar, l'oncle de Fayed, décrit une famille très angoissée et craintive depuis la fusillade. "Les parents de Fayed sont toujours en état de choc. Ils ont perdu un enfant alors qu’il était avec son oncle et son petit frère."

"On vient d’apprendre la nouvelle de la mort de ce jeune, poursuit l'oncle. Avec tous les moyens actuels d'investigation, on espérait qu’ils seraient arrêtés avant. Des jeunes qui se déplacent comme ça en bande organisée à trois auraient pu être localisés et traduits devant la justice pour répondre de leurs actes et expliquer les circonstances de leur geste."

On espère à présent que l’enquête se poursuive pour appréhender les autres auteurs.

Moustoipha Aboubacar, oncle de Fayed

La famille a pris attache avec un avocat pour s'assurer que l’enquête sera menée à son terme.