Vols de bateaux au Grau-du-Roi : les gendarmes découvrent un réseau criminel international

Publié le Mis à jour le
Écrit par Joane Mériot

Une vaste opération de gendarmerie a eu lieu ce lundi dans les Bouches du Rhône et a conduit à l’interpellation de sept personnes. Ils sont soupçonnés d’avoir volé des bateaux cet été dans le Gard, et de faire partie d’une organisation criminelle structurée.
 

Sept hommes âgés de 17 à 32 ans, ont été interpellés ce lundi dans les Bouches-du-Rhône, à Marseille et Aubenas. Ils sont soupçonnés d’avoir volé deux bateaux, des semi-rigides, à l’été et l’automne 2020 au Grau-du-Roi et à Saint-Laurent-d’Aigouze mais aussi de faire partie d’une organisation criminelle internationale.

Les suspects agissaient de nuit et utilisaient un camion remorque pour dérober les bateaux et les emmener en Espagne. Malgré l’interpellation de ces sept personnes les bateaux n’ont toujours pas été retrouvés : "On sait grâce à des vidéos de vidéosurveillance que ces bateaux ont été transportés jusqu’à la frontière espagnole. Les bateaux n’ont pas été retrouvés et je crains qu’on ne les retrouve jamais. Mais l’exploitation des images de vidéosurveillance nous certifient que ces bateaux ne sont plus sur le territoire national," nous dit, Estelle Meyer, substitut du procureur de la République de Nîmes. 

Le préjudice est évalué à près de 250 000 euros. Selon les enquêteurs, ces personnes font partie d’un réseau plus vaste de vols en bande organisée.
 


Une organisation criminelle structurée


L’enquête débute le 11 août 2020, après une plainte déposée pour le vol d’un bateau au Grau-du-Roi, au cours de cette enquête, les gendarmes découvrent avoir affaire à une organisation criminelle agissant à l’international. Des bateaux auraient été volés mais aussi une dizaine de véhicules destinés à l'exportation. Les enquêteurs parlent d’une entreprise criminelle très surveillée : "Les investigations menées en matière de téléphonie et de surveillance permettent d’établir une équipe structurée autour d’une tête de réseau avec deux bras droit et des petites mains qui vont commettre des vols de bateaux et des vols de voitures," confie le lieutenant Anthony Lahmal. 

Les locaux se situaient dans le 15ème arrondissement de Marseille, et des caméras de vidéosurveillance surveillaient en permanence l’entreprise qui était protégée par des serrures sécurisées : "Sur une friche industrielle à l’abandon de plusieurs kilomètres carrés, nous avons découverts une trentaine de hangars," ajoute le lieutenant. 

Trois pays seraient concernés, et une cinquantaine de personnes travaillait pour cette entreprise criminelle. Les gendarmes mettent alors en place une vaste opération sur Marseille et Aubenas pour interpeller les personnes impliquées dans ce trafic.

Cinq personnes écrouées


Elle a lieu ce lundi 7 décembre. Près de 200 gendarmes sont mobilisés, des chiens spécialisés dans la recherche d’armes et de stupéfiants. L’opération dure plusieurs heures dans cette entreprise qui, selon les enquêteurs, s’apparente à un labyrinthe très sécurisé.   
Sept personnes sont interpellées, toutes sont placées en garde à vue. Il s’agit d’ouvriers principalement des Moldaves et des Roumains. Certains ont déjà été condamnés pour vols aggravés.

Jeudi 10 décembre, sept hommes âgés de 19 à 32 ans on été présentés devant un magistrat. Cinq d'entre eux ont été écroués, un est placé sous le statut de témoin assisté et un autre sous contrôle judiciaire. Aujourd’hui ils encourent 15 ans de réclusion criminelle.