Résultats Municipales à Alès : une de plus pour Max Roustan

Coronavirus oblige, peu de gens sont allés voter à Alès. Le taux de participation fut très faible dimanche dans la deuxème ville du Gard : à peine 33% contre 61,53% en 2014 ! Max Roustan est de nouveau réélu au 1er tour. Pour un cinquième mandat. 
Max Roustan, maire sortant LR d'Alès, réélu pour un 5e mandat ce diamanche 15 mars 2020.
Max Roustan, maire sortant LR d'Alès, réélu pour un 5e mandat ce diamanche 15 mars 2020. © I. Bris/FTV
Pas de surprise à Alès, Max Roustan est réélu pour la 5ème fois.  

Le maire sortant Les Républicains est réélu avec 56,80 % des voix devant Paul Planque, divers gauche (22,84%) et le candidat du rassemblement national Francis Bassier (8,68%). 

 

Max Roustan a été ovationné par ses militants et il a remercié tous ceux qui ont le courage de venir voter.

 Les Alèsiens ont reconduit notre équipe jusqu’en 2025 au moins et je les en remercie. Soyons modeste et allons travailler ! 


Max Roustan a pris cette commune dirigée par la gauche depuis l'après guerre en 1995, à la faveur d'une triangulaire. Depuis lors, cette ville de quelque 40 000 habitants située aux portes des Cévennes, n'a plus jamais connu de second tour.

Cette année, Paul Planque avait pourtant réussi a fédérer autour de lui, rassemblant nombre de composantes de la gauche : sur sa liste le "Printemps Alésien" , on compte des membres du PC, comme lui; du PS, d'Europe Ecologie les Verts, de la France Insoumise, etc... Mais cette union n'a pas su convaincre les votants.

L'urbaniste et enfant du pays est déçu : sa liste n'aura que 5 sièges au conseil municipal :

Les Alésiens se réveilleront demain avec la gueule de bois !

"Il y a eu un enfumage permanent dans cette campagne. Alors qu'on nous présentait Max Roustan comme candidat, c'était en réalité Christophe Rivencq, le tenant de la droite ultra libérale alésienne qui présidera la collectivité. Les Alésiens se réveilleront demain avec la gueule de bois", assure Paul Planque, divers gauche. 

Max Roustan a fait savoir pendant sa campagne qu'il n'irait pas au bout de son 5e mandat et qu'il laisserait la main en temps voulu à Christophe Rivenq, son fidèle bras droit et directeur des services de villes depuis de nombreuses années.
Lui même l'a surnommé le "maire deux" pendant la soirée électiorale dimanche soir, en mairie.

Le RN en berne

Autre candidat déçu par le résultat de ce scrutin : Francis Bassier, tête de liste du Rassemblement National. Ce stomatologue en retraite était déjà candidat à Alès en 1989 où il avait récolté 11% des suffrages à l'époque. 

Cette fois çi, il n'a même pas franchi la barre des  9%. 

Même si il ya eu beaucoup d'abstention, c'est un échec, on n'a pas su mobiliser regrettait-il dimanche soir par téléphone.

Une participation en chute libre


Crainte du coronavirus oblige, le taux de participation à Alès est en chute libre à 33,63% contre 61,53% en 2014 soit une baisse de 28 points comme dans le département du Gard. 
 

Les résultats des 7 listes à Alès

   
  

Pour obtenir le résultat de votre ville, cliquez sur cette carte interactive:

Les résultats en 2014:

Au premier tour, les 26853 électeurs de Alès avaient placé en tête Max Roustan, tête de liste étiquetée Union pour un Mouvement Populaire, avec 54,13% des voix.  
Le cévenol avait été élu dès le 1er tour. Il battait Jean-Michel Suau (Front de Gauche), qui recueilli 16,77% des voix. Max Roustan s'était également imposé dès le 1er tour en 2008 avec 54% des voix devant Jean-Marc Suau (23,76%).
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections