Loup : 10 éleveurs autorisés à effectuer des tirs de défense dans le Gard

Publié le

Après plusieurs attaques de troupeaux par des loups en Pays viganais, ces 12 derniers mois, la préfecture du Gard vient d'autoriser par arrêtés des tirs de défense simple contre l'animal. Outre les agents de l'OFB, Office français de la biodiversité, et les lieutenants de louveterie, 10 éleveurs peuvent tuer un loup qui menace leur cheptel.

Le loup est une espèce animale strictement protégée en France depuis 1994.

Les 10 arrêtés préfectoraux nominatifs autorisant 10 éleveurs de l'ouest du Gard "à effectuer des tirs de défense simple en vue de la défense de leur troupeau contre la prédation du loup" ont été pris le 13 mai dernier.

Très détaillés (4 pages), ils stipulent les règles, obligations, interdictions, circonstances et les personnes autorisées à tirer sur le prédateur. Et uniquement en cas de menace réelle et directe sur un troupeau.

10 éleveurs autorisés aux tirs de défense

Ils sont tous installés entre le Causse de Blandas et Vissec, au sud-ouest du Vigan, aux confins du Gard et de l'Hérault.

Les tirs sont autorisés de jour comme de nuit avec un fusil de catégorie C et un seul fusil par troupeau. Ils doivent être pratiqués par les personnes autorisées ou leur mandataire, s'ils ont un permis de chasse et une assurance en règle, sans lunette de visée ou thermique.

Le tireur doit tenir un registre justifiant chaque tir, avec la date, le jour, l'heure et le lieu précis.
Lors d'un tir touchant, l'OFB doit être immédiatement prévenu tout comme la préfecture, s'il est mortel, le cadavre de l'animal ne doit être ni touché, ni déplacé. Si le tir n'est pas mortel, l'OFB peut décider de recherches pour localiser le prédateur blessé.

4 niveaux de défense anti-loup

Le tir de défense simple mis en place dans le Gard, mais aussi en Lozère et en Aveyron, est le premier niveau d'un système dérogatoire de "défense des troupeaux contre la prédation" qui en compte 4.
Une réponse graduée en fonction des risques de prédation selon les zones géographiques et/ou de l'accroissement des dommages.

  • Niveau 1 = Tir de défense simple
  • Niveau 2 = Tir de défense renforcée
  • Niveau 3 = Tir de prélèvement simple
  • Niveau 4 = Tir de prélèvement renforcé

6 attaques validées et 7 constats "classés loup"

Dans les arrêtés, la préfecture motive cette autorisation de tir du loup.

D'abord, il faut avoir mis en oeuvre tous les moyens techniques d'effarouchement et de sécurité. Et surtout, cette autorisation de tir n'est valable que sur les propriétés des éleveurs concernés, soit entre le Causse de Blandas et Vissec. Car c'est là que les attaques et les prédations ont eu lieu durant les 12 derniers mois.

Les arrêtés précises : "Considérant qu’il existe un risque important de dommages au troupeau des éleveurs (7 constats de dommages classés loup non écarté entre le mois de juillet 2021 et le mois d’avril 2022 sur les communes de Vissec et de Blandas) ; Considérant la validation de 6 indices de présence «loup retenu» sur les communes de Vissec et Blandas le 24/01/2022, 25/01/2022, 13/02/2022, 15/02/2022, 20/02/2022 et 26/02/2022", les 10 éleveurs sont autorisés à pratiquer des tirs de défense simple.

Les autorisations sont valables jusqu'au 31 décembre 2023 mais révocables à tout moment.

Enfin, s'il y a des tirs mortels, ils seront comptabilisés au niveau national et déduits du nombre de "prélèvements légaux" annuels.