Gers : avec 12 nationalités représentées, le village de Roques crée une "mini-Europe" pour ne pas se dépeupler

Au coeur du Gers, Roques compte 12 nationalités parmi ses 120 habitants. Pour lutter contre le déclin démographique, depuis 50 ans, sa maire a tout misé sur l'embellissement de son village. Ça marche : le charme de son cadre de vie attire de nouveaux habitants qui en font une "mini-Europe".

La mairie de Roques, le village aux 12 nationalités dans le Gers, est située place de l'Europe : tout un symbole.
La mairie de Roques, le village aux 12 nationalités dans le Gers, est située place de l'Europe : tout un symbole. © Thierry Villéger / FTV

Ils viennent du Bénélux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) d'Allemagne, mais aussi du Canada et même des Etats-Unis : les nouveaux habitants de Roques, au coeur du département du Gers représentent une mosaïque de 12 nationalités sur 120 habitants. Ce village de caractère s'est peu à peu transformé en une véritable "mini-Europe".

Le dernier arrivé, Brian, est Anglais : sitôt emménagé, il va falloir qu'il se mette à apprendre le français.

Situé à 40 km d'Auch, à l'ouest de Fleurance et au nord de Vic-Fezensac, Roques comptait trois fois plus d'habitants il y a tout juste 2 siècles.

A 80 ans, Pierrette Menal vient d'entamer son 9ème mandat à la tête de la mairie. Refusant la fatalité de l'exode rural et du déclin démographique, elle a fait le pari - depuis 50 ans - de tout miser sur l'embellissement de son village et d'y cultiver le bien-vivre dans l'harmonie.

Progressivement ces efforts ont été couronnés de succès : le bouche à oreille puis la communication sur internet l'ont fait connaître bien au-delà des frontières de l'Hexagone.

Je crois que ce qui les charme, c'est d'abord la qualité de l'environnement paysager et c'est aussi la qualité de la restauration du bâti : ça c'est très important.

Pierrette Menal, maire de Roques depuis 50 ans.

Parfait exemple d'une intégration réussie, Astrid Verkuijl est Néerlandaise : il y a 16 ans, elle a eu le coup de foudre pour ce village et elle a choisi de venir s'y installer. Aujourd'hui, elle est conseillère municipale et ce qu'elle apprécie c'est de s'enrichir de la culture de ses voisins.

Franchement, ça passe très bien avec les Français et avec les autres. Douze nationalités c'est joli : c'est un peu différents, et nous avons des expériences un peu différentes. C'est vraiment un mélange.

Astrid Verkuijl, conseillère municipale à Roques.

Mélange culturel, douceur de vivre et cohabitation harmonieuse dans cette "mini-Europe" gersoise ne l'empêchent pas cependant de subir l'impact de l'actualité nationale : aux dernières élections européennes, Roques n'a pas échappé à la poussée de l'extrême droite, arrivée en 2ème position. "Ce résultat m'a un peu secouée, je ne m'attendais pas à ce score : il faut le relativiser mais il n'empêche que ces voix sont là" confesse Pierrette Menal.

Pas de quoi pour autant démobiliser Pierrette, Astrid et les autres "néo-Roquoises et Roquois", qui militent pour que la voix de la sagesse prévale et que ces douze nationalités continuent de cohabiter parfaitement.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ruralité société europe insolite démographie