A la recherche d'une météorite ayant traversé le ciel du Gers et présentant un intérêt scientifique majeur

Une météorite a été observée dans le ciel ce samedi 27 février dans la nuit. Elle a traversé le ciel du Gers avant d'atterrir dans le secteur d'Aiguillon en Lot-et-Garonne. Une expédition va être lancée pour tenter de la retrouver à l'aide des habitants.

La météorite qui a atterri dans le secteur d'Aiguillon dans le Lot-et-Garonne a été repérée par les caméras du dispositif Fripon.
La météorite qui a atterri dans le secteur d'Aiguillon dans le Lot-et-Garonne a été repérée par les caméras du dispositif Fripon. © Vigie Ciel

Les observateurs du ciel ont pu voir une étoile filante passer au-dessus du Gers et du Lot-et-Garonne dans la nuit de samedi à dimanche à 22h43. Le phénomène, un point bleu intense suivi d'une sorte de gerbe orange filant à très vive allure, a été signalé par des habitants et enregistré par les caméras du réseau Fripon (un dispositif porté par l'Observatoire de Paris avec une centaine de caméras tournées vers le ciel).

"Plusieurs caméras, parmi lesquelles celle de la Ferme des étoiles à Mauroux (Gers), ont détecté la rentrée d’un bolide qui a terminé sa course dans le département du Lot-et-Garonne, dans la région d’Aiguillon", mentionne le communiqué du réseau Fripon et de l'association "A Ciel ouvert".

🔴 Une étoile filante 💫 impressionnante (bolide) a été aperçue par de nombreux témoins hier 27 Février à 21h43 TU dans le...

Publiée par Vigie-Ciel sur Dimanche 28 février 2021

Sa trajectoire n'a pas excédé 5 secondes mais ce que les caméras ont permis de déterminer, c'est qu'elle a survolé le Gers avant d'atterrir dans le Lot-et-Garonne. La météorite est arrivée à plus de 75 000 km/h. Elle proviendrait des zones externes de la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. Sa masse qui devait être de 500 gr a fondu et ne devrait pas excéder 150 gr.

Une traque au caillou noir

C'est ce caillou que les scientifiques recherchent. Mickaël Wilmart, médiateur scientifique de l'association "A ciel ouvert" dirige cette opération. Son association, basée à Fleurance, propose des médiations scientifiques autour de l’astronomie. Elle est le relais le plus proche du lieu où est tombée la météorite.

"Nous lançons aujourd'hui une première approche du point d'impact, explique Mickaël Wilmart. Il s'agit d'un secteur de 3 à 4 km2 autour d'Aiguillon dans le Lot-et-Garonne. Mais ça peut être plus. On a un précédent en Italie : la météorite était tombée à un kilomètre du point d'impact estimé".

La météorite recherchée ressemble à une noix ou un abricot, noirci par la combustion à l'entrée dans l'atmosphère.
La météorite recherchée ressemble à une noix ou un abricot, noirci par la combustion à l'entrée dans l'atmosphère. © Vigie Ciel

"Nous allons prendre contact avec les mairies, les habitants, les propriétaires des terrains concernés et même les écoles. L'objectif est de les faire participer, car ils ont plus de chances de trouver ce caillou que nous à 2,3 ou même 10". 

Mickaël Wilmart est le relais régional du réseau participatif Vigie Ciel, porté par le Muséum National d’Histoire Naturelle. La communauté Vigie-Ciel s'est en effet, créée pour observer les météores, rechercher les météorites sur le terrain et identifier des cratères d'impact.

"Un peu lourd pour sa taille"

Mickaël Wilmart engage les habitants à signaler tout objet inhabituel. "Il s'agit d'un caillou pas plus gros qu'une noix ou un abricot. Il a un aspect très noir, du fait de la combustion à son entrée dans l'atmosphère. Sa face est plane, ses aspérités sont émoussées, il ne présente pas d'arête et quand on le ramasse, on peut avoir l'impression qu'il est un peu lourd pour sa taille".

"L'idée, poursuit le sicentifique, est de le préserver donc de le recueillir si possible avec des gants, ne rien mettre dessus, pas d'eau ou un quelconque liquide et de le glisser dans un sac plastique pour le protéger". En effet, ce qui fait sa valeur, c'est qu'il n'a pas encore été altéré par les conditions atmosphériques terrestres.

Un intérêt scientifique majeur

"Ce météorite a un grand intérêt scientifique pour nous, explique Bruno Monflier, président du Festival la Ferme aux Etoiles de Fleurance. Il fait partie de roches qui se sont formées au moment de la formation du système solaire. Donc il peut nous permettre de comprendre comment s'est passé ce phénomène et nous donner peut-être des indices sur l'apparition de la vie".

Sa découverte permettrait également de valider le dispositif Fripon et Vigie Ciel qui a déjà détecté des chutes de météorites sur le sol français mais n'a pas permis encore d'en découvrir une. "Il s'agit peut-être de notre première vraie chance grâce à ce projet Fripon", mentionne encore Bruno Monflier.

Les origines de la Terre

Une façon d'obtenir des informations précieuses sans nécessité d'aller les chercher à des millions d'années-lumière. L'enjeu est donc fort pour les scientifiques de ces réseaux. Et ils comptent sur la population pour les aider à avancer dans leur connaissance des origines de la Terre et du vivant. 

Pour toute information concernant une potentielle découverte, contacter l'association "A Ciel Ouvert" à la Ferme des étoiles à Fleurance ou le référent Fripon, Mickaël Wilmart via son adresse mail : mickaelwilmart@fermedesetoiles.fr.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sciences culture recherche société histoire