Silence, ne pas déranger la faune du Parc national des Pyrénées

Durant l'hiver, les animaux du massif pyrénéen sont plus vulnérables. Pour respecter leur équilibre, le Parc national des Pyrénées rappelle aux randonneurs les règles de bon usage de ses sentiers. 

Pour ne pas effrayer les animaux sauvages des Pyrénées, les chiens et les drones sont interdits.
Pour ne pas effrayer les animaux sauvages des Pyrénées, les chiens et les drones sont interdits. © FTV

Un drone qui bourdonne dans le ciel, un chien qui aboie sur un chemin : cela n'a l'air de rien mais pour les animaux des Pyrénées c'est une véritable agression, un danger mortel parfois.  

"En hiver, la faune sauvage a besoin de calme et de sérénité (...) quelle panique à l'approche d'un drone ou d'un chien",  alerte le parc national sur sa page facebook. 

 

 

En effet, durant la période hivernale, les ressources alimentaires de la faune des Pyrénées sont très restreintes. La priorité des animaux : économiser la moindre dépense énergétique, s’alimenter et se déplacer tranquillement dans un environnement enneigé, parfois chaotique et glissant.

"A la moindre alerte, l’isard détalera en bande, avec le risque de se blesser, de chuter ou de provoquer une avalanche, cause réelle de décès chaque année" prévient le parc national des Pyrénées sur les réseaux sociaux.

Avec la crise sanitaire, de plus en plus de randonneurs novices 

Une campagne de sensibilisation qui vise notamment les nouveaux visiteurs du territoire. Avec la crise sanitaire, les randonneurs novices sont de plus en plus nombreux à venir découvrir les merveilles du Parc national des Pyrénées et ils ne connaissent pas forcément la réglementation en vigueur. 

Pour éveiller les consciences, le Parc national des Pyrénées cite l'exemple du Grand Tétras, espèce emblématique et protégée du massif montagneux. "En hiver, ce galliforme de montagne très sensible au dérangement, n’a pas le temps de fuir (...) C’est pour cela que le survol en drone, la présence d’un chien (hormis chien de berger et de secours) et le dérangement de la faune sauvage sont interdits en zone cœur du Parc national des Pyrénées". 

 

 

L'opération de communication du Parc national des Pyrénées se veut pédagogique, mais les gardes moniteurs en charge de la protection de l'environnement peuvent pénaliser les randonneurs irrespectueux. Les amendes peuvent s'élever à plusieurs centaines d'euros selon les infractions. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement écologie randonnée nature pyrénées montagne