"Si c'était à refaire, je recommencerais" suspendue pour avoir refusé de se vacciner contre la Covid, cette dentiste rouvre son cabinet

Les soignants non vaccinés contre la Covid-19 et suspendus depuis des mois ont pu reprendre une activité ce lundi 17 mai. Un décret du ministère de la santé paru en fin de semaine a donné le feu vert de leur réintégration. C'est le cas de Natasha Tsenkoff, dentiste dans le Gers.

La réintégration des soignants non vaccinés contre la Covid-19 est effective depuis ce lundi 17 mai. Pour la dentiste Natasha Tsenkoff, retour à son cabinet. Mais sa patientèle n'était pas forcément au rendez-vous pour cette réouverture. 

Refus de se vacciner

Natasha Tsenkoff fait partie de ces soignants, qui ont refusé de se vacciner contre la Covid pendant la crise sanitaire, alors même que le gouvernement rendait cette vaccination obligatoire. La dentiste installée depuis 30 ans à l'Isle Jourdain n'a jamais cédé e tpréfère fermer son cabinet. 

"Si c'était à refaire, je recommencerais", affirme-t-elle à la réouverture de son cabinet, heureuse de reprendre du service : "Je suis contente de revenir. de retrouver certains patients, et même d'en découvrir de nouveaux. parce que les autres cabinets ne peuvent pas prendre en charge toutes les urgences. Les cabinets tout autour sont débordés."

Reprise douloureuse

Pour sa première semaine de reprise, la dentiste n'est cependant pas bousculée. Pendant son absence, beaucoup de patients ont dû se tourner vers les 10 autres cabinets dentaires de la ville. Et beaucoup ne sont pas revenus.

Seuls les plus fidèles sont présents dans la salle d'attente : "Ce moment, je l'ai attendu depuis longtemps, depuis un an même deux, je ne sais même plus", raconte Claudine Aigle. "Natasha c'est ma dentiste, et je trouvais impensable d'aller voir ailleurs". 

Comité de soutien 

Testée positive asymptomatique en août 2022, le docteur Tsenkoff avait pu rouvrir son cabinet pendant quelques mois entre septembre 2022 et février 2023 à la faveur d'un certificat de rétablissement temporaire. N'ayant pas fourni par la suite de preuve de vaccination à l'ARS, elle a été à nouveau suspendue. Un collectif s'est alors créé à l'Isle-Jourdain pour la soutenir : "Patients en colère 32".

Un élan de solidarité envers la dentiste auxquels se sont associés certains de ses patients : "Elle n'était pas soutenue, se souvient David Noilhan, membre de ce collectif. "persécutée par les uns, ignorée par les autres, le tout dans une totale indifférence, c'était devenu insupportable. Nous on l'a vue malheureuse. Ca nous a touchés et on ne pouvait pas rester insensibles". 

Avec le décret de réintégration, paru ce dimanche 16 mai, Natacha Tsenkoff peut reprendre une vie normale, même si elle est loin d'avoir retrouvé sa patientèle d'avant Covid. Elle se sait aussi en sursis en cas de nouvelle crise sanitaire, car elle continuerait de refuser le vaccin. De cette expérience douloureuse devrait naître dans les prochaines semaines un livre, que Natacha Tsenkoff a décidé d'écrire pour témoigner et tourner définitivement la page de la Covid.  

(Avec Odile Debacker)

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité