• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Après Saint-Gaudens, Villemur-sur-Tarn dit non à son tour à l'accueil des réfugiés

Villemur-sur-Tarn. / © Christine Ravier / France 3 Midi-Pyrénées
Villemur-sur-Tarn. / © Christine Ravier / France 3 Midi-Pyrénées

Après le refus du maire de Saint-Gaudens de voir s'ouvrir un centre d'accueil de demandeurs d'asile dans sa ville, c'est au tour de celui de Villemur-sur-Tarn de dire son opposition à un même projet. Il dénonce des mesures prises dans l'urgence et une absence de concertation de la part de l'Etat.

Par Laurence Boffet

Jean-Marc Dumoulin, le maire (UDI) de Villemur-sur-Tarn a appris il y a dix jours que sa commune avait été désignée par l'Etat pour accueillir un Centre d'accueil de demandeurs d'asile (CADA). Douze logements ont été retenus par l'office départemental HLM pour accueillir prochainement 67 personnes. Et si l'élu comprend bien qu'il faut répondre à l'urgence d'une situation, il ne décolère pas d'être mis devant le fait accompli.
"Ce qui me gène fondamentalement" dit-il, "c'est qu'on n'a pas fait d'analyse préalable de territoire. On a décidé qu'il fallait ouvrir des CADA et on a demandé à des propriétaires fonciers, dont des offices HLM, s'ils avaient des logements disponibles. Mais personne n'a été consulté, personne ne nous a demandé si on avait une capacité d'accueil raisonnable pour pouvoir prendre en charge cette population dignement". Pour l'élu, Villemur-sur-Tarn n'est pas en capacité aujourd'hui d'accueillir ces familles annoncées avec 30 à 40 enfants : "ces enfants, il va falloir qu'on les intègre et on n'a pas à l'heure actuelle de place dans les écoles et dans les cantines". Sans compter l'intégration tout court de ces demandeurs d'asile dans une commune économiquement en difficulté : "c'est un territoire qui a été traumatisé par la fermeture de l'usine Molex, avec des gens qui sont aujourd'hui sur des emplois très très précarisés et accueillir un public qu'il va falloir accompagner alors qu'on n'a pas accompagné dans la dignité les gens qui ont souffert du conflit Molex, ça me semble très compliqué". Une réunion est programmée le 17 octobre prochain avec les services de la Préfecture.
Ces inquiétudes du maire de Villemur-sur-Tarn font écho à la récente décision du maire de Saint-Gaudens, Jean-Yves Duclos, qui mécontent de découvrir un projet d'ouverture de Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asile dans sa commune a décidé de suspendre sa participation au contrat de ville. Une décision dénoncée par le ministre de la ville, Patrick Kanner qui a prévu de le rencontrer ce lundi.

Voir ici le reportage de Christine Ravier et Eric Coorevits à Villemur-sur-Tarn :
Villemur-sur-Tarn dit non à son tour à l'accueil de réfugiés
Il a été informé il y a dix jours de l'imminence de l'arrivée d'une dizaine de familles de demandeurs d'asile… Le maire de Villemur-sur-Tarn, comme celui de Saint-Gaudens, s'oppose à ce projet d'hébergement. L'absence de concertation, la situation économique de la ville qui a connu la fermeture de plusieurs usines dont celle de Molex, motivent cette décision. Il dit ne pas rejeter ces gens qui ont besoin d'aide mais vouloir avoir les moyens de les accueillir dignement.  - Christine Ravier / Eric Coorevits

 

Sur le même sujet

Interview de Christophe Barret

Les + Lus