Exclusif : c'est un trésor inestimable qui a été volé dans les coffres du Crédit Agricole de Bessières

Les gendarmes à Bessières après la découverte du casse / © MaxPPP
Les gendarmes à Bessières après la découverte du casse / © MaxPPP

On commence à en savoir un peu plus sur la motivation des cambrioleurs qui ont creusé un tunnel de 30 mètres pour accéder à la salle des coffres de la banque de Bessières (Haute-Garonne). Dans l'un des 107 coffres ouverts, se trouvait un trésor inestimable. 

Par Fabrice Valery

Deux semaines après la découverte à Bessières (Haute-Garonne), au nord de Toulouse, du casse de la salle des coffres du Crédit Agricole par une bande de malfaiteurs très organisés qui ont creusé un tunnel de près de 30 mètres, les enquêteurs commencent à comprendre ce qui a motivé une telle opération : après avoir interrogé les clients locataires des coffres, ils viennent de découvrir que l'un des coffres contenait un trésor inestimable qui était certainement la principale cible des braqueurs.

Un tunnel de 30 mètres

L'histoire débute le 18 mars dernier lorsque la banque découvre le casse : les gendarmes appelés sur place sont alors surpris par ce qu'ils découvrent. Les malfaiteurs sont entrés dans les égouts. Ils ont ensuite creusé un tunnel de 90 cm de côté environ, sur 30 mètres, parfaitement étayé avec des planches de bois, un système d'éclairage et de ventilation.
Des enquêteurs autour d'une bouche d'égout à quelques mètres de l'agence bancaire / © Max PPP
Des enquêteurs autour d'une bouche d'égout à quelques mètres de l'agence bancaire / © Max PPP

Les gendarmes découvrent aussi du matériel de chantier, des brouettes, des pelles, des pioches. Le tunnel a été tracé tout droit, à deux mètres de profondeur, vers le mur de la salle des coffres des particuliers en sous-sol. Une fois à l'intérieur, les voleurs ont ouvert 107 coffres sur les 160. Immédiatement, l'affaire rappelle "le casse du siècle", celui de la Société Générale à Nice, attribué à l'époque à Spaggiari. 

Une bande internationale ?

Ce qui intéresse rapidement les enquêteurs, c'est le professionnalisme de l'équipe qui a monté ce casse et l'ampleur du travail de préparation et de réalisation de cette opération. Selon les spécialistes, le creusement du tunnel a pris plusieurs semaines, peut-être plusieurs mois. Dans la dernière ligne droite, celle de l'entrée dans la salle des coffres, les malfrats ont mis sur pied une opération de diversion : deux centraux téléphoniques ont été détruits à proximité, plongeant Bessières et ses environs dans une "nuit de communication".
© MaxPPP
© MaxPPP

Les "revendications" de ces actes volontaires attribuées ostensiblement au CRAC (comité régional d'action viticole) finiront par envoyer les gendarmes sur une fausse piste, jusqu'à la découverte du casse. Ce professionnalisme, cette connaissance du terrain, intriguent donc les enquêteurs : pour le parquet, comme pour la gendarmerie, les auteurs sont membres d'une bande internationale perfectionnée dans les casses spectaculaires qui aurait bénéficier de l'appui de membres locaux.

L'énigme du 107ème coffre

Surtout, les gendarmes se demandent pourquoi seuls 107 des 160 coffres ont été fracturés. Les voleurs ont-ils été dérangés ? Au contraire, ont-ils ouvert un par un chacun des coffres avant de tomber enfin par hasard sur celui qu'ils recherchaient ? C'est cette deuxième option qui intéresse les enquêteurs depuis plusieurs jours. Ils tentent donc de comprendre dans quel ordre les coffres ont été ouverts et quel est celui qui l'a été en dernier. Parallèlement, les gendarmes interrogent un à un chacun des clients possesseur d'un coffre. Un travail difficile. Argent liquide, valeurs, bijoux de familles, documents plus ou moins compromettants... Les clients rechignent à livrer des informations parfois sensibles. Mais petit à petit, les enquêteurs, calculette en main, arrivent à la conclusion que les voleurs auraient récupéré environ 2 millions d'euros de valeurs

Et soudain, un trésor inestimable !

Mais au fil des témoignages, les gendarmes n'ont toujours pas la conviction que tout ce travail a été entrepris pour une somme qui peut paraître rondelette mais qui sera finalement modeste quand tous les participants à ce casse, sans doute nombreux, auront touché leurs parts et que l'équipe aura payé ses frais (logement, matériel, alimentation, surveillance, etc). Et puis, ce lundi 31 mars, un nouveau témoignage a apporté un éclairage différent sur les motivations des cambrioleurs. C'est un homme, dont nous protégerons ici l'identité, qui s'est présenté, seul, à la gendarmerie. Il affirme posséder un coffre au nom d'une importante confrérie et se présente avec des documents qui l'attestent. Les gendarmes l'écoutent, enregistrent son témoignage et le recoupent avec leurs investigations : l'homme est bien, nous pouvons le confirmer ici, le "propriétaire" du fameux 107ème coffre. Celui que les braqueurs, disposant d'une information confidentielle, sont venus chercher avec un dispositif exceptionnel. De source très proche de l'enquête, nous sommes aujourd'hui en mesure de révéler cette information. 

Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier

Ce document, inestimable, des habitants de Bessières se le transmettent discrètement depuis 1955. Il n'a jamais quitté la commune et reposait depuis des années dans l'un des 160 coffres du Crédit Agricole. Chaque année, au mois d'avril, un comité très restreint accède au coffre, au cours d'une cérémonie sous haute sécurité : les membres de cet aéropage consultent alors le document. Il leur est interdit de le recopier ou de le photographier. Le maître de cérémonie referme alors le coffre et la petite compagnie peut se mettre au travail. Quelques heures plus tard, ce sont des milliers de personnes qui défilent dévotement pour assister à ce moment magique ! Mais que se passera-il le 21 avril prochain ? Sans ce document, comment les adeptes vont-ils réagir ? On en saura certainement plus en ce prochain lundi de Pâques 2014. Mais on sait déjà que les gangsters ont trouvé ce qu'ils étaient venus chercher : la recette de la célèbre omelette géante de Bessières ! 

Cérémonie de l'omelette géante de Bessières 2013 / © MaxPPP
Cérémonie de l'omelette géante de Bessières 2013 / © MaxPPP


Sur le même sujet

Les + Lus