Intempéries : le changement climatique rend incontournable les systèmes d'alertes météo dans les régions méditerranéennes

Publié le

Après la tempête meurtrière en Corse le jeudi 19 août, où en est-on des systèmes d'alerte ? Météo France n'a pas pu jouer son rôle habituel de prévention. Face à la multiplication de ces phénomènes météos violents sur le pourtour Méditerranéen, les systèmes d'alerte aux populations vont bientôt évoluer en Occitanie.

Au lendemain du décès de 5 personnes en Corse suite à une tempête hors norme ce jeudi 18 août, de nombreuses questions se posent. En effet alors que l'île de beauté était frappée par des vents à plus de 224 km/h sur sa côte ouest, plusieurs villes d'Algérie affichaient au même moment des 48 degrés et vivaient des incendies sans précédent.

Le pourtour méditerranéen en proie à un changement climatique plus rapide qu'ailleurs

Tempête extrême d’un côté, sécheresse de l’autre : les rives de la Méditerranée connaissent les deux facettes du même fléau : le changement climatique. Dans le bassin méditerranéen, la température moyenne a augmenté de 0,036 °C par an entre 1993 et 2020, soit près de 1 °C au total, selon les données de Copernicus, le programme européen d’observation de la Terre.

Selon ces scientifiques, le pourtour Méditerranéen est en proie à un changement climatique plus rapide que dans le reste du monde. L'Occitanie devrait donc subir des événements climatiques intenses et non prévisibles de plus en plus régulièrement.

Des systèmes d'alerte comme dans les zones tropicales ?  

Face à ce constat, doit-on faire évoluer nos systèmes d'alerte dans notre région ? Au Japon, ou dans les départements et territoires d'outre-mer, régulièrement soumis à des typhons, les populations sont toutes informées via leur smartphone de l'évolution d'un événement météo. 

Météo France et les préfectures des départements d'Outre-Mer utilisent plusieurs codes couleurs en fonction de l'ampleur de l'événement et du danger, du jaune au violet, les populations sont ainsi informées en temps réel sur leurs téléphones de l'évolution du phénomène météorologique et de la conduite à tenir. Ce qui permet une plus grande efficacité et réactivité pour se mettre à l'abri.

C'est Météo France qui évalue les niveaux de vigilance et les autorités publiques qui donnent donc l'alerte et coordonnent les actions. 

Des systèmes d'alerte pas encore généralisés

En Métropole, pour prévenir les populations, différents systèmes d'alerte existent aussi pour les préfectures (sirène, télé alerte dans certaines villes comme Montpellier qui peut informer ses résidents par smartphone) en cas de danger imminent mais l'envoi de SMS n'est pas généralisé à toutes les communes, ni à toute personne présente sur la zone au moment de l'alerte.  

Bref, si l'alerte météo diffusée par Météo France est relayée très vite sur internet, dans les médias ou sur les réseaux sociaux, quand la tempête est très soudaine, comme en Corse hier, pas facile d'informer efficacement tout le monde en même temps.

Certaines assurances ou banques privées ont décidé de prendre le relais. Avec les données météo suivies de près, de grands groupes comme la MAIF ou le Crédit Agricole envoient désormais régulièrement des SMS à leurs clients à l'approche d'une menace météo sur leur commune d'habitation.

Mais il n'y a toujours pas de généralisation. Tout dépend de votre assureur et si vous êtes présents sur votre commune.

Un nouveau système européen d'alerte : "FR-Alert"

Tout ceci devrait évoluer très vite. Selon la directive européenne du 11 décembre 2018 en effet, les 27 États membres de l'Union européenne ont désormais l'obligation de se doter d'un système d'alerte des populations, via la téléphonie mobile.

Ce nouveau système européen d'alerte intitulé "FR-Alert" devait être opérationnel fin juin en France, mais les habitants de Corse n'ont pas bénéficié de ce type de message.

Il devrait être officiellement lancé finalement en septembre. Ce système d'alerte permettra aux autorités d'envoyer un message censé prévenir quand il y a un danger, quelle que soit sa nature. Que se soit "des accidents de transport ferroviaire, aérien, routier ou des accidents industriels", ou encore "en cas d'attentat".

Là les équipes sont en train d'être formées, on va avoir des campagnes de communication pour sensibiliser les populations. Et nous serons évidemment beaucoup mieux armés à l'avenir pour faire face à ce type d'incident.

Gaël Musquet, météorologue spécialiste de la prévention des catastrophes naturelles, franceinfo le 19 août

Le lancement de "FR-Alert" est prévu pour septembre. Les futures technologies vont aussi améliorer la prévisions de ces évènements climatiques, mais les météorologues rappellent quand même que leur science ne sera jamais exacte. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité