Cet article date de plus de 6 ans

Meurtre et réalisme social dans le lumineux "Virage nord"

Passion populaire pour le football, fonctionnement d'une petite ville et tourments intimes, trois éléments clés de "Virage nord", polar lumineux dans une ville provinciale du Nord-Pas-de-Calais. Coup de coeur.
© @Séverine_Brigeot-Æternam_Films
Virage nord nous emmène au stade, celui d'une petite ville de province, minée par le chômage, d'où l'on ne rêve que de partir quand on est jeune. Pas de perspective, pas d'avenir. La seule bouffée d'oxygène, c'est le club de foot, lui aussi sur le déclin.

Le meurtre d'un jeune supporter pendant un match va révéler au grand jour les magouilles des dirigeants et notables, le désespoir de plus vulnérables. 

Dans une ambiance qui n'est pas sans rappeler les séries anglaises et nordiques (Broadchurch, Wallander...), l'enquête mêle les destins et choix de personnages jamais manichéens tout en respectant quelques codes de thriller très efficaces.

Un coup de coeur, un vrai.

"Virage nord" a décroché le prix de la meilleure série au dernier Festival de la fiction de la Rochelle. Diffusion annoncée très rapidement sur Arte. A voir ce vendredi à 14 heures au festival de Luchon dans la salle Claude Chabrol.

Virage nord : le synopsis

Une petite ville française, passionnée par son club de foot, est bouleversée par l'assassinat d'un supporter dans ses tribunes, en plein match. Alex, une fille du pays, revient pour enquêter au cœur de sa ville, de sa famille, et de leur passion dévorante pour le ballon rond. Alexandra Perrucci, jeune inspectrice de       la DRPJ, connaît par cœur cette ferveur d’Arcanville, la cité ouvrière dont le cœur bat pour le Racing (RCA), un club de 2ème division en situation de relégable. Elle a grandi au milieu de ces passionnés. Son père est l'entraîneur du club depuis trente ans et sa sœur cadette, Mathilde, un pilier du club des supporters. Alexandra, elle, a préféré quitter cette ville et cette religion du ballon rond, dont elle considère qu'elle a brisé sa famille autrefois. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de luchon culture télévision archives