5G à Toulouse : promesses et dangers

Deux antennes 5G installées à Toulouse / © Radio France/Théo Caubel
Deux antennes 5G installées à Toulouse / © Radio France/Théo Caubel

La 5G arrive à Toulouse dans quelques mois. Des tests grandeur nature sont déjà en cours. Si les opérateurs mettent en avant un réseau plus puissant et dix fois plus rapide que la 4G, des usagers s'inquiètent de la dangerosité de ces radiofréquences pour la santé. 

Par Karine Pellat

Toulouse, ville test pour la 5G


Deux villes en France testent le déploiement de la 5G en milieu urbain : Toulouse et Nantes. Ces tests sont réservés aux chercheurs mais dès 2020, les installations pourront bénéficier au grand public. Dans les autres villes d'Occitanie, la 5G est prévue pour 2023.
Deux antennes expérimentales, de la taille d'un petit boitier, ont déjà été installées dans le quartier de Francazal à Toulouse. A terme le déploiement de la 5G se fera sur la base des antennes déjà existantes.
 

Les performances


Concrètement la 5G représenterait un potentiel jusqu'à mille fois plus performant que les réseaux mobiles employés en 2010 et jusqu'à 100 fois plus rapides que la 4G.
La 5G est bien un changement de génération car il donnera accès à de très hauts débits dépassant de 2 niveaux de magnitude la 4G avec des temps de latence très courts et une haute fiabilité.
 

Les risques sanitaires


Si les opérateurs mettent en avant les atouts et les innovations de la 5G, elle n’en est pas moins inquiétante selon beaucoup de médecins. Mais il est compliqué de connaître exactement l’impact des ondes radiotéléphoniques sur le corps humain et sa santé. 

Sur son site, le ministère de Transition écologique précise tout de même :

Concernant les effets sanitaires à long terme, aucun mécanisme biologique n'a été identifié prouvant leur existence. Néanmoins, certaines études épidémiologiques mettent en évidence des corrélations entre augmentation du nombre de cas de leucémie infantile et exposition à des champs basses fréquences et des interrogations subsistent sur les effets à long terme pour des utilisateurs intensifs de téléphones mobiles. C'est pour ces raisons que le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé les champs électromagnétiques en catégorie 2B : cancérogènes possibles.


Des antennes qui inquiètent


En attendant de connaître plus précisemment les risques liés au déploiement de la 5G, de nombreux usagers se mobilisent. Une pétition sur internet a déjà récolté plus de 16 000 signatures. 
A Albi, dans le Tarn, en septembre dernier, une marche a rassemblé plusieurs personnes dénonçant les multiples dangers liés à l'arrivée de la 5G. 


 

Pour en savoir plus :https://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/numerique-midi-pyrenees/2019/10/05/toulouse-teste-pour-la-premiere-fois-la-5g.html
 

Sur le même sujet

Les + Lus