A Toulouse la société Flash Therapeutics développe un vaccin Covid ARN afin que la France ait ses "propres médicaments"

La société de Toulouse Flash Therapeutics décroche 1,5 million d’euros pour le développement d’un vaccin contre le Covid-19. Une première étape pour l'entreprise de Pascale Bouillé qui appelle à des financements encore plus importants afin de développer, enfin, des médicaments français.

Flash Therapeutics espère pouvoir commercialiser son vaccin ARN français contre le Covid-19 d'ici fin 2022.
Flash Therapeutics espère pouvoir commercialiser son vaccin ARN français contre le Covid-19 d'ici fin 2022. © BELPRESS/MAXPPP

1,5 Millions d'euros pour mettre au point un vaccin contre le Covid-19. C'est ce qu'a obtenu la société de biotechnologies Flash Therapeutics, installée à Toulouse, de la part de l'Etat dans le cadre de France Relance.

Une excellente nouvelle pour la directrice générale de l'entreprise, Pascale Bouillé, et ses 35 salariés qui travaillent à produire des technologies de transfert d’ADN et d’ARN pour le développement de thérapies innovantes depuis plusieurs années.

L'industrie pharmaceutique s'est détournée de la France

Mais pour Pascale Bouillé ceci n'est qu'une première étape. "C’est du concret. On a senti de la part des financeurs publics une volonté de reconstruire un tissu industriel en France et ça, c’est une très bonne nouvelle. Mais cela n’est qu'une première étape. Maintenant, il faut financer de nouveaux produit thérapeutiques pour remplir nos usines de production qui sont pour certaines quasiment vides."

L'objectif de la chef d'entreprise est que la France soit en mesure de produire ses propres médicaments. Car durant trop longtemps les investisseurs ont fait preuve d'un manque de confiance envers la recherche française. 

"Nous avons une plateforme de bioproduction et également des technologies propriétaires, notamment une technologie ARN que l’on a brevetée en 2015, raconte à France 3 Occitanie Pascale Bouillé. Vous voyez, cela remonte, il y a six ans. Cette technologie a été développée et valorisée avec des collaborations en France et aux Etats-Unis, mais aujourd’hui il faut aller plus vite et beaucoup plus grand. Nous sommes en mesure de proposer une technologie ARN complémentaire à celles développées par exemple par Moderna et Pfizer et d’asseoir la France dans ces nouvelles thérapies."

Pourtant, Sanofi au lieu de signer par exemple avec Flash Therapeutics a préféré se tourner vers les Etats-Unis. 

Un ARN fabriqué à partir de cellules humaines

Les chercheurs toulousains prouvent pourtant qu'ils savent faire. Les premiers tests de leur vaccin sur l'animal viennent d'être effectués. Une phase cruciale pour cette biotech. Contrairement aux vaccins ARN fabriqués par Pfizer ou Moderna qui utilisent un procédé chimique, l'entreprise toulousaine privilégie la bioproduction : "C'est à dire qu'au lieu de produire cet ARN de façon chimique, nous le fabriquons à partir de cellules humaines" détaille Christine Duthoit, responsable du développement des modèles invivo et exvivo chez Flash Therapeutics.

"Nous avons des reins solides, assure Pascale Bouillé, à la fois pour développer notre produit et produire notre vaccin".

Retrouvez le reportage pour le journal de France 3 Occitanie de Julie Valin et Nathalie Fournis ici.

La fabrication clinique des lots sera lancée dans moins d'un an. Ce qui devrait permettre à Flash Thérapeutics de proposer un vaccin contre le covid 19 d'ici la fin 2022.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société économie