Cet article date de plus de 6 ans

Affaire Patricia Bouchon : une centaine d'appels mais pas de piste "sérieuse"

Le numéro vert mis en place par la gendarmerie de Haute-Garonne il y a deux mois avec la diffusion d'un portrait-robot d'un suspect est désormais "suspendu". Les enquêteurs ont reçu une centaine d'appels. Il faut maintenant traiter la masse d'information ainsi collectée.

© Gendarmerie nationale
Un des appels reçus par la cellule spécialisée de la gendarmerie dans l'affaire du meurtre de Patricia Bouchon, a conduit ces enquêteurs sur une piste qualifiée à ce moment-là de "sérieuse", mais qui s'est finalement révélée infructueuse.

Les autres appels au numéro vert lancé le 15 octobre dernier, une centaine, sont désormais à traiter : recouper les informations, procéder aux vérifications. 

Prolongé un mois par le juge d'instruction en novembre, le numéro vert a été suspendu ce 15 décembre 2013, deux mois après son lancement. Le nombre d'appels avait considérablement diminué et surtout les enquêteurs doivent traiter les infos collectées à la suite de la diffusion du portrait-robot d'un suspect.

Il n'y a donc toujours pas de piste pour retrouver cet homme qui aurait été vu à Bouloc (Haute-Garonne) très tôt le matin et dont le portrait-robot avait été établi très tôt mais n'a donc été diffusé par les enquêteurs, avec le feu vert du parquet, qu'il y a deux mois. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire patricia bouchon justice