• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Blagnac : le preneur d'otages interpellé en douceur, les otages indemnes

La libération de la première otage. / © AFP / Pascal Pavani
La libération de la première otage. / © AFP / Pascal Pavani

L'opération de police est terminée à Blagnac ou un jeune de 17 ans avait pris 4 personnes en otage dans un bureau de tabac.

Par KP, FV, SP et EG

La prise d'otages débutée vers 16h20 mardi dans un bureau de tabac de Blagnac, à l'ouest de Toulouse, s'est terminée vers 23h45, avec l'interpellation du forcené par la police.

Peu avant 21 heures, tous les otages avaient été libérées.

Plus tard dans la soirée, le jeune homme a été vu fumant une cigarette devant le bureau de tabac. Il s'est ensuite laissé "cueillir" par les policiers du RAID, "une méthode douce" selon un responsable de cette unité d'élite.
 

"Une action spectaculaire"

Selon nos informations, les enquêteurs ont d'abord travaillé sur un braquage qui a mal tourné. Le jeune homme avait fait descendre le rideau de fer du commerce après y avoir fait irruption armé et casqué.

Mais finalement, selon le parquet de Toulouse, il s'agirait d'une "action spectaculaire" en lien avec le mouvement des Gilets jaunes, auquel le jeune homme a fait allusion.

Il diffuse des vidéos

Le jeune homme a laissé sortir des clients mais a retenu le personnel. C'est lui qui a prévenu la police. A leur arrivée, il a alors tiré deux fois en l'air, pour "demander que le cordon de sécurité recule" a-t-il expliqué dans une vidéo qu'il a diffusé et que France 3 Occitanie a pu consulter, dans laquelle on voit les otages assises et calmes. 

Toutes les otages libérées

Les quatre personnes retenues à partir de 16 heures étaient toutes des femmes : la gérante de l'établissement et trois employées. L'une d'elle, une salariée, a été libérée vers 19h30 par le preneur d'otages. 

Les trois autres ont été libérées un peu avant 21 heures.

Sur les lieux de la prise d'otages de Blagnac

Un jeune homme de 17 ans

Le preneur d'otages Yanis D. était armé. Il s'agit d'un jeune homme de 17 ans, défavorablement connu des services de police. Il a tiré à deux reprises fois en l'air pour que le périmètre de sécurité soit éloigné.

Une source policière a indiqué à France 3 Occitanie que le jeune homme est connu des services de police pour des "menus larçins". Le procureur de la République de Toulouse, Dominique Alzéari, a précisé que le jeune homme avait été poursuivi pour vol et violences notamment.
 
La prise d'otages a lieu dans ce bureau de tabac de Blagnac / © Google
La prise d'otages a lieu dans ce bureau de tabac de Blagnac / © Google

"Bras armé des Gilets jaunes"

Selon une source policière, citée par l'AFP, le jeune homme aurait laissé une lettre à son domicile, perquisitionné par les enquêteurs : un courrier où il indique être "le bras armé des Gilets jaunes". 

Il avait été interpellé le 15 décembre à Toulouse, en marge des incidents liés à la manifestation des Gilets jaunes. Le procureur de la République de Toulouse a confirmé que le jeune homme avait fait "allusion" aux Gilets jaunes.

Selon d'autres sources, il s'agit d'un jeune homme fragile psychologiquement, dépressif.

Le RAID est déployé sur place

L'antenne toulousaine du RAID, l'unité d'élite de la Police nationale avait été déployée sur place, ainsi que les hommes de la BRI, Brigade de Recherche et d'intervention. Un négociateur de la police a alors entrepris de dialoguer avec le preneur d'otages et a ainsi obtenu la libération de toutes les otages.

La police avait demandé aux habitants du périmètre de sécurité de rester confinés chez eux, ceux qui souhaitaient regagner leur domicile devaient patienter. Des commerçants situés à proximité du bureau de tabac ont été priés de ne pas sortir de leur boutique.
Les policiers sont positionnés à quelques mètres du bureau de tabac. / © France 3 Occitanie
Les policiers sont positionnés à quelques mètres du bureau de tabac. / © France 3 Occitanie

La piste terroriste écartée

Le parquet de Toulouse qui s'était rendu sur place était en relation avec le procureur de la République de Paris. Le parquet antiterroriste n'a pas été saisi mais a suivi l'évolution de la situation avec le parquet de Toulouse. La piste terroriste est totalement écartée.

Selon nos informations, il n'y a aucune trace de radicalisation politique ou religieuse chez ce jeune homme. 

Retour sur la soirée, les négocations et l'interpellation du jeune preneur d'otages de Blagnac avec Bruno Frediani, Yael Benanmou et Manon Bazerque
 
Retour sur la prise d'otages de Blagnac



 

Sur le même sujet

Lozère : apprenez à construire votre éolienne Pigott vous-même à Florac

Les + Lus