Carte. Occitanie : la désertification bancaire touche les campagnes mais aussi les villes

La France compte 36 000 agences bancaires. Selon une étude qui vient d'être publiée, entre 2010 et 2020, l'Hexagone a perdu près de 3 700 établissements. En Occitanie, les territoires ruraux comme l’Aveyron sont les plus touchés par la désertification bancaire. 

illustration.
illustration. © Richard Villalon/MaxPPP

Dans certains territoires, les banques se font rares. Selon une étude menée par MoneyVox en partenariat avec le cabinet de géomarketing Infostat Marketing, la France a perdu en 10 ans, 3.700 agences, soit une baisse de 9%.
Plusieurs facteurs expliquent ce déclin : la concurrence des banques en ligne et la baisse de la fréquentation en agences. D’après une étude de l’IFOP réalisée avec la Fédération Bancaire Française, « Plus de huit Français sur dix estiment que la banque idéale doit permettre à chacun de choisir entre services digitaux et agences en fonction de ses besoins. »

Les territoires ruraux très touchés

L’Occitanie ne fait pas exception à la règle. Certains de ses territoires sont même devenus des déserts bancaires. Dans la région, c’est la Haute-Garonne qui compte le plus de fermetures d’agences, avec 50 établissements en moins 10 ans. L’Aveyron est le département qui a vu le plus d’agences bancaires (36) fermer par rapport au nombre de ses habitants (soit une baisse d'environ 10% entre 2010 et 2020). Au total, l'Aveyron ne compte plus aujourd'hui que 125 agences contre 526 pour la Haute-Garonne.

Dans le Tarn, 25 agences bancaires ont été fermées. Le Lot-et-Garonne a lui, vu fermer 25 de ses agences. La partie Est de la région Occitanie est la moins touchée par les déserts bancaires. Sur le site MoneyVox, Marin Delattre, consultant de l’entreprise Sia Partners explique que le désertification bancaire est une notion bien complexe : « on peut difficilement à l’échelle de la France parler de désertification bancaire, même si dans certaines zones rurales où les habitants voient leur agence fermée, cela peut être vécu comme telle. »

L’Aveyron est l'un des départements d'Occitanie les plus touchés par la désertification bancaire.
L’Aveyron est l'un des départements d'Occitanie les plus touchés par la désertification bancaire. © Infostat-Marketing.

La diagonale du vide

Si la Haute-Garonne a perdu en 10 ans, 50 établissements bancaires, le nombre d’agences bancaires par habitants est lui toujours très important et s'élève à une banque pour 1.945 habitants. Dans les territoires ruraux, le ratio est plus faible. Les départements de l’Aveyron et de l’Ariège par exemple, comptent moins d'une agence pour 1.000 habitants. Un chiffre révélateur qui ne prend pas cependant en compte l’ensemble de la population, les enfants sont notamment exclus.

Les départements de l’Aveyron et de l’Ariège comptent moins de 1 000 habitants par agences.
Les départements de l’Aveyron et de l’Ariège comptent moins de 1 000 habitants par agences. © Infostat-Marketing

Cette étude montre également que les agences privées comme la BNB Paribas, La Caisse d’Epargne ou le Crédit Mutuel sont moins implantées dans les territoires ruraux.
Par exemple, le département du Gers a seulement 4 agences LCL contre plus d’une quinzaine en Haute-Garonne. Mais selon les groupes bancaires, il y a aussi des disparités. D’après Infostat Marketing, la banque qui ouvre le plus longtemps est HSBC, avec une moyenne de 37 heures hebdomadaires. Pour les bureaux de Poste, la moyenne n’est que de 25 heures. Selon les départements, le taux d’ouverture peut même tombé à 20 heures par semaine. C’est le cas en Aveyron (18 heures) ou en Ariège (20 heures). Et ceci est particulièrement vrai dans la diagonale du vide, une bande territoriale qui va de la Meuse aux Pyrénées.

Selon les départements, le taux d’ouverture peut même tombé à 20 heures par semaine.
Selon les départements, le taux d’ouverture peut même tombé à 20 heures par semaine. © Infostat-Marketing

La désertification bancaire a fortement bousculé les territoires ruraux, comme dans la commune de Saint-Pé-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées où le seul distibuteur de billets du village a été supprimé en 2019.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie finances ruralité société