Coronavirus : l'accueil des sans abris progressivement élargi à Toulouse

Un dispositif semblable au plan grand froid devrait être mis en place.
Un dispositif semblable au plan grand froid devrait être mis en place.

L'aide aux sans abris en cette période de confinement liée au coronavirus est problématique dans les grandes villes de France comme Toulouse. A la demande des associations, l'hébergement est progressivement élargi et un bénévolat, étudiant notamment, se coordonne en urgence.

Par Marie Martin

Comment se confiner, se protéger de l'épidémie de coronavirus quand on ne dispose pas d'un logement ?
C'est toute la question qui inquiète au plus haut point les associations qui oeuvrent toute l'année auprès des personnes sans abris.

A Toulouse, elles tirent la sonnette d'alarme depuis plusieurs jours, expliquant qu'il faut d'urgence ouvrir des lieux pour un accueil de jour. Les bénévoles déplorent l'inertie des pouvoirs publics à ce sujet.
Il semble que la situation évolue. Le gymnase Cosec de la Reynerie, à Toulouse, est un lieu dédié à l'accueil de nuit des SDF : il est ouvert en journée depuis hier, mardi 17 mars 2020, sous la pression des travailleurs sociaux et des personnes hébergées qui n'ont pas accepté la fermeture. Ce gymnase peut accueillir une centaine de personnes, de nombreux SDF n'y auront pas accès, faute de places suffisantes. 

Reste aussi à régler la difficile question de qui intervient pour assister ces personnes, leur dispenser les conseils de précaution, assurer leur ravitaillement, traduire le cas échéant toutes les consignes à tous les étrangers ne maîtrisant pas la langue française. Les associations souffrent comme toutes les autres structures du confinement de leurs bénévoles. Des étudiants toulousains se mobilisent pour faire le relais en attendant que la préfecture de Haute-Garonne ne mette au point un plan d'action, avec l'appui de la Protection civile.
Des étudiants se mobilisent pour l'accueil des sans abris.
Des étudiants se mobilisent pour l'accueil des sans abris.
Selon Thomas Couderette, du Cedis 31, les travailleurs sociaux manquent de bras, notamment pour distribuer des repas aux quelques 1 800 personnes hébergées dans des hôtels, soit par le 115 soit par le département. "Les gens n'ont pas de quoi manger, il y a urgence", explique-t-il.

Les étudiants qui souhaitent participer à cette action de bénévolat peuvent contacter le : 06.38.37.89.60.
 Pour savoir où orienter les personnes sans domicile, dans de nombreuses villes françaises, cliquer sur ce lien.

Sur le même sujet

Les + Lus