Coronavirus : des chiffres à Toulouse qui inquiètent les autorités sanitaires

La préfecture de Haute-Garonne a décidé de généraliser le port du masque dans toute la ville de Toulouse, à partir du vendredi 21 août, 7 heures. Une décision motivée par des chiffres inquiétants sur la circulation du virus en Haute-Garonne, et à Toulouse en particulier.
Le masque, un symbole à lui tout seul de la crise sanitaire.
Le masque, un symbole à lui tout seul de la crise sanitaire. © R.Herrisé/FTV
Le virus circule activement dans le département de la Haute-Garonne, et particulièrement dans la ville de Toulouse.
Les chiffres ne trompent pas : au 18 août, 29 hospitalisations étaient en cours en Haute-Garonne, dont 4 en réanimation. À Toulouse, il y a eu 305 cas détectés positifs la semaine dernière, contre 242 début août,  et 33 mi-juillet. 

Le 30 juillet dernier, Santé Publique France avait classé la Haute-Garonne en département à risque modéré de circulation virale mais les indicateurs continuent de progresser, avec notamment un taux d'incidence qui a triplé en très peu de temps : 37,3 pour 100 000 habitants.
 
=

Une progression rapide donc inquiétante

La ville de Toulouse est particulièrement concernée avec un taux d'incidence qui dépasse désormais le seuil d'alerte fixé à 50 pour 100 000 habitants.
Dans la ville rose, le nombre de cas reste "limité" mais c'est la forte progression qui inquiète. Et qui a poussé le préfet de Haute-Garonne, en accord avec le maire de Toulouse, à généraliser le port du masque dans toute la ville, à partir du 21 août, 7 heures, pour toute personne de plus de 11 ans.
C'est la première grande ville de France à prendre une telle mesure. 

Des mesures fortes avant la rentrée

Le préfet Etienne Guyot a justifié cette "mesure importante" par le fait que nous sommes "à la veille de la fin des vacances": "tout le monde va rentrer" et "on va avoir de nouveau un brassage très important" de population.

Enfin, selon l'ARS (agence régionale de santé) et son directeur Pierre Ricordeau, la Haute-Garonne connaît également une augmentation du nombre de clusters. "Au 18 août et depuis début mai, on a comptabilisé 27 clusters dont 14 toujours en cours. Nous n'étions qu'à 10 fin juillet".

Gros effort de dépistage


Toujour selon l'agence régionale de santé, "un très gros effort a été fait sur le dépistage et le département de Haute-Garonne bénéficie d'un taux de dépistage très élevé (environ 1 200 pour 100 000 habitants)". 
 

Mais c'est bien l'augmentation du taux de positivité des tests qui explique la croissance de l'incidence. Le taux départemental de positivité sur la semaine 33 a été estimé à 3,1 % contre 1,7 % la semaine 30.

ARS Occitanie



L'analyse par classe d'âge montre que les personnes les plus touchées sont les jeunes adultes : 20-30 ans, puis 30-50 ans mais le taux d'incidence commence également à augmenter pour les classes d'âges plus élevées.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société