Coronavirus : réactions mitigées à Toulouse après l'annonce du bac 2020 en contrôle continu

© FREDERICK FLORIN / AFP
© FREDERICK FLORIN / AFP

Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer l'a annoncé le 3 avril. Le bac 2020 se fera sur le contrôle continu. Pas d'épreuves terminales, à l'exception de l’oral de Français pour les élèves de première. De quoi perturber les lycéens et leurs parents toujours en confinement. 

Par Claire Sardain

Le bac : le précieux sésame à décrocher pour faire des études supérieures. Comme leurs ainés, les futurs bacheliers de 2020 se préparaient donc à cette semaine d’examens cruciaux, sauf que… Exit les épreuves écrites. Jean-Michel Blanquer l’a annoncé officiellement : la promotion 2020 sera jugée sur le contrôle continu. Seul l'oral de Français est maintenu.

La prime aux travailleurs assidus


Parmi les bons élèves, pas de panique. Certains sont déjà assurés de l'avoir avec leurs notes depuis le début de l'année. Alice, en terminale L au lycée St-Sernin à Toulouse, accueille, elle, ces nouvelles règles avec appréhension.

Je ne suis pas organisée. J'ai du mal à travailler tout au long de l'année et je comptais sur ces épreuves pour me rattraper. Je commence mes révisions seulement maintenant, nous confie-t-elle. Et puis travailler pendant le confinement c'est dur pour moi. Avec ma soeur de 3 ans et mon frère de 8 ans, difficile de me concentrer. Sans compter que j'ai besoin de bouger. Alors rester enfermée, psychologiquement j'ai du mal. 
 

La classe à la maison pas si simple


D'autant qu'Alice ne se sent pas soutenue par le lycée. Peu de cours en ligne et de contacts avec ses professeurs, à l'exception de la philosophie avec 3 heures de travail par semaine. Fort heureusement les notes de confinement ne seront pas prises en compte pour plus de justice. C'était une demande de la FCPE, la principale fédération de parents d'élèves. 
 
 

Les fédérations de parents d'élèves vigilantes


Pour Muriel Paletou, présidente de la FCPE en Haute-Garonne, il fallait que ce bac ait lieu.

Pour nous c'est la moins mauvaise solution, mais nous restons sur le qui-vive. Cette mesure doit rester exceptionnelle. Car seul un examen final et national peut à lui seul garantir la justice, affirme-t-elle. Après, il y a la question de la notation en terminale, souvent plus sévère. Certains élèves risquent de perdre une mention, qui'ils auraient pu avoir. Quant aux premières, je suis révoltée par le maintien de l'oral de Français. Les élèves n'y seront pas du tout préparés.

Moins problématique en première


Si l'oral de Français est maintenu, le nombre de textes a été réduit : 15 au lieu de 20 dans les filières générales. Alors certains y voit même une aubaine. 

Moi j'ai déjà les 15 textes. Je vais pouvoir les travailler tranquillement. Mon entourage est présent. ma soeur va pouvoir m'entrainer nous explique Yann Fumeau, élève de première scientifique au lycée Pierre de Fermat.  Pour l'écrit, je ne suis pas très bon en Français. Le contrôle continu devrait donc m'avantager. Quelque part ça m'arrange. Et puis de toutes façons on n'a pas le choix.

Reste que plusieurs notes manqueront à l'appel. Celles des enseignements communs ou de spécialités comme l'histoire ou les langues qui n'ont pas pu se dérouler avant le début du confinement. 

 

© FTV
© FTV

 

Le bac et après ? 

Une chose est sûre, les quelques 300 000 élèves de la région, concernés par le baccalauréat sont pressés de reprendre les cours. Pas de date officielle pour l'instant, mais le 3ème trimestre, prévu jusqu'au 4 juillet par le ministre sera l'occasion pour beaucoup de se rattraper. 

 

Tous ont rempli leur voeux sur la plateforme Parcoursup. Mais impossible de participer aux journées portes ouvertes ou de joindre les écoles. Un coup de stress supplémentaire dont ils se seraient bien passé en ce moment. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus