Covid-19 : la campagne de rappel de vaccination pour les populations à risque doit commencer à la mi-septembre

Le ministère de la Santé a confirmé la mise en place d’une campagne de rappel de vaccination pour les populations à risque. La Haute Autorité de Santé est favorable à cette troisième dose de vaccin. Dans les Ehpad de la région Occitanie, elles sont prêtes a être administrées.
La campagne de rappel de la troisième dose de vaccin contre la Covid-19 pour les populations à risques doit commencer à la mi-septembre.
La campagne de rappel de la troisième dose de vaccin contre la Covid-19 pour les populations à risques doit commencer à la mi-septembre. © MAXPPP/G.Bonnefont

Le ministère de la Santé a confirmé, le 12 août 2021, la mise en place d’une campagne de rappel de vaccination pour les personnes à risque. Dans son avis du 24 août 2021, la Haute Autorité de Santé (HAS) se déclare favorable à une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 pour les personnes de 65 ans et plus, et les personnes présentant des comorbidités. La dose de rappel doit être administrée six mois après la deuxième. Et ce délai a favorisé l'organisation de cette nouvelle vague de vaccination.

Cluster dans un Ehpad du Tarn : la vaccination décalée

Dans les Ehpad de la région Occitanie, la troisième dose de vaccin a d'ores et déjà été programmée, en fonction de ce délai des six mois entre les injections. "Comme tous les Ehpad, les doses on les a commandé dès l'annonce de ce rappel de vaccination. C'est très bien organisé, en fontion de la date de la dernière injection. On commande le nombre de flacons par rapport au nombre de résidents", souligne Eric Placide, le directeur de l'Ehpad des Charmilles à Lescure-d'Albigeois dans le Tarn (81).

Malheureusement, un cluster a été identifié dans son établissement la semaine dernière. 28 personnes sur soixante résidents ont été diagnostiquées positives au Covid-19.

On devait administrer la troisième dose la semaine prochaine mais nous, c'est particulier, car nous avons un cluster en ce moment donc elle va être décalée. On attend puisqu'il faut que l'on dépiste toutes les semaines. Tant qu'il y a des cas positifs, on continue de dépister et on vaccinera que les personnes qui ne sont pas contaminées. À priori, c'est ce schéma qui se dessine.

Eric Placide, directeur Ehpad les Charmilles, Lescure-d'Albigeois

Selon ce responsable d'Ehpad, la vaccination a du bon. Selon Eric Placide, les résidents sont moins en danger qu'au début de la pandémie. "Avant la vaccination, lorsqu'il y avait des cas de Covid-19 dans les Ehpad, la moitié des résidents contaminés décédaient. Nous, à ce jour, on a plus de la moitié des résidents contaminés et on a eu un décès. En fonction des organismes, de la charge virale et des anticorps restants, force est de constater que les personnes agées supportent mieux la contamination en étant vaccinées", insiste Eric Placide.

Un refus de 3ème dose sur 32 résidents

A l'Ehpad Pyrene Plus dans la commune de Saint-Pé-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées (65), la vaccination pour la troisième dose est prévu le 17 septembre. "C'est l'ARS (Agence Régionale de Santé) Occitanie qui nous a contactés pour que l'on vaccine les 32 résidents de notre établissement", précise le directeur Cédric Mousques.

On s'est organisé de la même manière que pour la première et deuxième dose. On a fait signer un consentement écrit de la part des familles ou des tuteurs et tutrices de nos résidents. Et on a travaillé avec la même pharmacie pour une sécurisation des doses. Toutes ces procédures ont été mises en place au préalable, de façon à ce que ce soit un événement positif.

Cédric Mousques, directeur général Ehpad Pyrene Plus, Saint-Pé-de-Bigorre

Sur les 32 résidents de l'établissement, seules deux personnes ne se font pas vacciner. "Une qui ne souhaite pas être vaccinée avec sa famille et l'autre personne dont la pathologie ne permet pas la vaccination. Pour ces deux résidents, il y a une individualisation de la prise en charge, ce sont des personnes qui restent isolées du fait de leur pathologie. Leur état de santé ne leur permet pas une vie en collectivité dans l'Ehpad", révèle Cédric Mousques.

Dans cet établissement, les soignants s'appuient sur les médecins traitants des résidents pour conduire l'ensemble de la vaccination.

La Haute Autorité de Santé propose de procéder à l’administration simultanément du rappel des vaccins contre le Covid-19 et du vaccin contre la grippe saisonnière dès lors qu’une personne sera éligible aux deux vaccinations, "pour éviter tout retard de la vaccination anti-grippale et simplifier le parcours vaccinal".

Question d'équité

En parallèle, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a demandé une nouvelle fois, ce mercredi 8 septembre 2021, à ce que les personnes vaccinées contre le Covid-19 ne reçoivent pas de doses de rappel afin que les fioles soient envoyées dans les pays pauvres. Pays qui n'ont pu immuniser qu'une infirme partie de leur population.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vaccins - covid-19 santé société personnes âgées famille