Covid : la justice ordonne de garantir des parloirs "corrects" aux détenus de la prison de Seysses près de Toulouse

Publié le Mis à jour le
Écrit par J.V avec AFP
Ces plexiglass ont finalement été doublés pour ne rien laisser passer. Avec ce dispositif, les détenus et leurs familles racontent qu'ils ne s'entendent plus parler.
Ces plexiglass ont finalement été doublés pour ne rien laisser passer. Avec ce dispositif, les détenus et leurs familles racontent qu'ils ne s'entendent plus parler. © Ministère de la Justice

La justice administrative a ordonné au gouvernement de garantir aux détenus de la prison de Seysses près de Toulouse des parloirs permettant d'entendre correctement leurs proches lors des visites. Depuis l'épidémie de Covid-19, des plaques de plexiglas rendent les visites inaudibles.

Cette décision "pourrait être la première d'une longue série", s'est réjoui l'Observatoire international des prison (OIP), qui espère qu'elle servira d'exemple à d'autres détenus confrontés à des dispositifs de séparation comparables.

Le ministère de la justice sommé de s'éxécuter d'ici deux semaines

Après le recours de cinq détenus de la prison de Seysses contre les parois anti-covid installées aux parloirs, le tribunal administratif de Toulouse a donc ordonné au ministère de la Justice de démontrer que les "conditions acoustiques sont correctes" actuellement dans les parloirs de cette prison, malgré les dispositifs de séparation des personnes installés depuis le début de l'épidémie de Covid-19, ou de rendre ces dispositifs "opérationnels" d'ici deux semaines.

Des plaques de plexiglas hermétiques

Après "l'installation de deux plaques de plexiglas séparant les parloirs en deux zones hermétiquement fermées du sol au plafond", les difficultés pour entendre ce qui est dit ne permettent plus "aux détenus de maintenir les liens personnels
et affectifs avec les membres de leurs familles", note également le tribunal dans sa décision datée du 18 février 2021.

Dans leurs requêtes, les cinq détenus soutiennent que "l'administration pénitentiaire, sous couvert de limiter l'entrée et la propagation du virus dans l'établissement, a mis en place un dispositif visant à limiter le contact entre les détenus et leurs proches dans le but de ne pas avoir à augmenter la surveillance directe et continue des parloirs".

Nombreuses plaintes de détenus

Recevant depuis des mois de très nombreuses plaintes à ce sujet, l'OIP "salue" la décision du tribunal: "nul doute qu'elle inspirera des personnes détenues confrontées, dans d'autres établissements, à des dispositifs de séparation similaires". La Contrôleure générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) a récemment indiqué recevoir "des lettres, des appels" de proches de prisonniers, qui racontent aussi les cris pour se faire entendre. "Ce ne sont pas des vrais parloirs dans ces conditions", selon Dominique Simonnot. "Des détenus préfèrent renoncer aux visites, alors que le parloir, c'est tout dans leur vie". L'Observatoire international des prisons a également fait part de "beaucoup de remontées" des familles.

 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.