Covid : plus d'inquiétudes à avoir, il y aura bien des sapins de Noël à la vente d'ici fin novembre

Les sylviculteurs de la région Occitanie peuvent souffler, le ministre de l’Agriculture a classé le sapin de Noël "produit de première nécessité". Pour de nombreux producteurs, la vente des résineux représente près de 90 % du chiffre d’affaires annuel.
 
Producteur de sapins de Noël
Producteur de sapins de Noël © Joël Le Gall/ Ouest France/ MaxPPP
Il ne fallait pas louper le coche. Les producteurs français ont obtenu gain de cause après avoir fait pression sur le ministère de l’agriculture. Le sapin de Noël étant reconnu comme produit de première nécessité, jugé essentiel, les sylviculteurs peuvent désormais passer à la coupe des épineux. C’est en novembre qu’elle s’effectue et la filière voulait des garanties.
 
C'est en tout cas ce qu'assure l'Association française du sapin de Noël naturel ( AFSNN). Frédéric Naudet, le président  le confirme à l'AFP : "Oui, on pourra les vendre nous a assurés le ministère de l’agriculture, mais nous restons prudents et nous attendons la signature d’un décret officiel. On nous donne la date du 20 novembre depuis la semaine dernière mais pour l’instant on n’en sait pas plus. " 
Avec la crise de coronavirus et les mesures qui limitent l’ouverture de certains commerces l’acheminement pourrait être plus compliqué cette année. Là aussi le dispositif click and collect va faciliter l’achat du sapin de Noël pour les particuliers.
Dans des entreprises des commandes ont été annulées, elles devront revoir leur vente à la baisse, moins 25% pour certaines. En Ariège, la sylviculture rapporte aux agriculteurs 10 % de leur revenu agricole annuel.
  Selon  l'AFSNN, chaque année en France, 6 millions de sapins de Noël sont vendus, essentiellement dans les grandes surfaces, enseignes de bricolage et jardineries, dont 80% sont issus de la production française.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
forêt nature covid-19 santé société confinement économie